Guérissez grâce à la réalité virtuelle
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 « Deux séances de jeu vidéo en réalité virtuelle par jour pendant 3 semaines ». Et si, dans un futur pas si lointain que ça, votre médecin vous prescrivait… des sessions de réalité virtuelle pour vous soigner ? Une idée pas si farfelue : on vous explique tout.

 

Des jeux vidéo aux films en passant par le commerce, la réalité virtuelle bouleverse de nombreux secteurs. Mais ce dont on parle moins, c’est de la réalité virtuelle appliquée à l’univers médical, alors que médecins et psychologues se penchent de plus en plus sur cette technologie. Déjà en 2004 (!), à Marseille, le docteur Éric Malbos testait la réalité virtuelle pour traiter la claustrophobie. Et grâce à la baisse des coûts et à la démocratisation de cette technologie, la technique de soin se répand : elle pourrait, par exemple, nous permettre de guérir de nos phobies les plus profondes. Peur des araignées ? du vide ? de la foule ? Quelques séances en immersion dans un casque comme le Vive d’HTC, l’Oculus ou autre, et nous n’en parlons plus.

L’analgésique du futur…

La guérison des phobies n’est pas la seule possibilité qu’offre la réalité virtuelle. En effet, elle aurait le même effet que les médicaments analgésiques. La start-up AppliedVR s’applique en effet, avec l’aide de médecins, à construire une bibliothèque de contenus virtuels pour atténuer et soulager la douleur et l’anxiété qui nous envahissent avant, pendant et après des opérations. Cabinets de médecins, cliniques, hôpitaux… les clients de la start-up de Matthew Stoudt sont multiples. À ses côtés ? Cedars-Sinai Medical Center, un investisseur, et le Children’s Hospital de Los Angeles. La technologie restant assez coûteuse, l’entreprise a décidé d’utiliser le Samsung Gear, moins cher que d’autres casques de réalité virtuelle.

medicament_silex_realitevirtuelle

… pas encore au point ?

L’un des jeux proposés par AppliedVR est Bear Blast, dans lequel le joueur déplace sa tête pour envoyer des balles à un ours en cartoon, et contrairement à la plupart des jeux vidéo, impossible de mourir ou d’être attaqué dans les jeux développés par la start-up. Bear Blast a été testé sur un groupe de 60 personnes, atteintes de différents types de maladies.

Passer une vingtaine de minutes dans cette réalité virtuelle réduit la douleur de 24% en moyenne, ce qui n’est pas « si différent de ce que l’on constate lorsque nous donnons des narcotiques » a déclaré Brennan Spiegel, qui dirige le département des recherches en service de santé chez Cedars-Sinai. La technologie pourrait avoir de véritables effets bénéfiques sur les patients, les aidant, au minium, à se relaxer.

Cependant, il faut garder en tête que cela ne va pas aider tout le monde, tout de suite. En effet, il est nécessaire d’assembler des données pour que ce soit vraiment utile. « Nous devons faire attention à ne pas vendre de façon excessive la réalité virtuelle, ou une autre technologie numérique » conclut Brennan Spiegel. La réalité virtuelle en tant qu’analgésique, c’est pas pour tout de suite !

 

Anaïs Bozino

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID