La médecine à l’heure de l’impression 3D
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

D’ici 2020, l’impression 3D dans le domaine de la santé devrait générer 2,13 milliards de dollars de chiffre d’affaires, soit près de 10% du marché.

En août dernier, la France a été émue par Maxence avec sa prothèse de main de super héros. La santé mise beaucoup sur l’impression 3D ces derniers temps. Voici deux projets en cours.

Une résine guérisseuse

Des chercheurs hollandais de l’université de Groningue ont mis au point une résine imprimée 3D, qui détruirait la bactérie qui crée des trous dans nos dents, nous évitant d’avoir des caries. Elle ferait donc des heureux sachant que 92% des Français ont des caries ! Cette résine est composée de sel d’ammonium, une matière sans danger pour la santé humaine. Pour se la procurer, il suffira de se rendre chez votre dentiste pour qu’il fasse une radio de votre dent en 3 dimensions, et après modélisation, il suffit d’imprimer la résine pour fabriquer une dent totalement similaire à la vôtre. Sa commercialisation se fera dans plusieurs années, après qu’elle ait passé des tests sanitaires.

lo

Un médicament plus poreux

Pour la première fois, Food and Drug Administration aux États-Unis, l’agence de sécurité du médicament, a autorisé la production d’un médicament en 3D. Lancé par la société Aprecia Pharmaceuticals basée dans l’Ohio, le Spritam, est un médicament destiné à guérir l’épilepsie. L’imprimer en 3D le rendrait plus poreux et il se dissoudrait plus rapidement dans l’eau, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous. Voilà pourquoi, sa commercialisation a été autorisée. L’impression 3D permet aussi de réguler les doses plus précisément, ce qui pourrait déboucher sur la médecine personnalisée.

Myriam Roche

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID