Premier accident pour une Google Car
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Lundi 29 février, Google a reconnu qu’une de ses voitures sans conducteur avait une part de responsabilité dans un accrochage survenu sur une route californienne. Le géant d’Internet a accueilli cet événement comme une bonne nouvelle qui permettrait à ses ingénieurs de travailler sur de nouvelles améliorations.

Un véhicule Lexus reconverti en voiture autonome circulait à petite vitesse (3 km/h) lorsqu’il est entré en collision avec un autocar qui roulait à 24 km/h, le 14 février. Pour la première fois, Google a admis que le cerveau informatique automobile de la voiture était en partie responsable d’un accident de la circulation. L’accrochage est détaillé dans un compte-rendu du service automobile de Californie. La Lexus circulait près de Mountain View, qui abrite les sièges de Google et de sa maison-mère Alphabet. À bord, un conducteur de secours prêt à prendre les commandes en cas de besoin. Alors que la voiture voulait tourner à droite, elle s’est arrêtée après avoir détecté des sacs de sable sur la chaussée. Après avoir laissé passer plusieurs usagers, la Google Car s’est glissée dans la voie centrale, supposant l’arrêt imminent d’un autocar qui s’approchait. Mais cela n’a pas été le cas !

« Notre conducteur de secours, qui regardait l’autocar dans le rétroviseur, s’attendait aussi à ce que l’autocar ralentisse ou se mette à l’arrêt. […] Et nous pouvons imaginer que le chauffeur de l’autocar a pensé que nous allions rester immobiles. Malheureusement, toutes ces suppositions nous ont placés au même endroit de la voie en même temps » – Google, dans son rapport

LexusRX450hGoogleCar3-4Lfront

Vers de nouvelles améliorations

Aucun blessé n’est à déplorer suite à cet accrochage. Dans son rapport, Google stipule que « la voiture avait aperçu le bus, mais avait prédit qu’il la laisserait passer puisqu’elle était devant lui ». Ce que confirme le pilote de secours, qui « pensait que le bus allait ralentir ou s’arrêter ». La firme milite pour l’entrée sur le marché de ces véhicules sans volant ni pédales, qui est toujours refusée par l’État de Californie, par souci de sécurité. Cet expérience fait toutefois revoir les plans de Google qui annonce que « désormais, les voitures intégreront le fait que les bus (ou tout autre véhicule) ont moins tendance à laisser la priorité ». Ce qui n’est pas pour changer l’opinion de certains sceptiques…

« Cet accident est une nouvelle preuve que la technologie de voiture-robot n’est pas prête pour le pilotage autonome et qu’un conducteur humain est nécessaire pour prendre le relais si quelque chose tourne mal. » – John Simpson, directeur de l’organisation de consommateurs Consumer Watchdog

Par le passé, la Google Car avait été impliquée dans des accidents, mais Google affirmait qu’ils étaient causés par des actions humaines, et non technologiques. Depuis leur mise en circulation, les voitures automatisées ont parcouru plus de 2,2 millions de kilomètres en mode autonome, sur des routes publiques.

 

Clément Duboscq

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID