Uploader des connaissances directement dans notre cerveau ? C’est possible !
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

L’apprentissage par cœur, c’est terminé ! Maintenant, place au téléchargement. Des scientifiques ont en effet découvert comment télécharger des connaissances directement dans notre cerveau. Incroyable mais vrai ? On vous explique tout.

 

Nous avons déjà eu, tous autant que nous sommes, des difficultés à apprendre des choses, que ce soit en faisant du par cœur pour nos cours, ou pour apprendre des choses pour la vie quotidienne, en sport, en langues… Et lorsque nous regardons des films ou des séries de science-fiction, nous ne pouvons nous empêcher de les envier un peu, tous ces gens qui vivent dans le futur. Très souvent, nous avons l’impression que nos façons d’apprendre changeront du tout au tout et seront vraiment simplifiées. Neo, dans Matrix, réussit, sans pression, à apprendre de manière quasi instantanée le kung-fu. Et parvient à d’excellents résultats, même si, bon, on l’avoue, l’apprentissage n’a pas l’air très agréable…

 

 

Une scène un peu moins connue, mais tout aussi originale : Mimi dans Real Humans : 100% humain, télécharge des nouvelles connaissances grâce à un câble USB branché dans son cou. Pourrons-nous un jour apprendre nous aussi de manière instantanée, aussi facilement ?

Des découvertes impressionnantes

C’est en étudiant les signaux électriques émis par le cerveau d’un pilote qualifié que des chercheurs californiens du HRL Laboratories de The Boeing Company et de General Motors ont découvert qu’il était possible de faciliter l’apprentissage de pilotes novices lors d’une simulation de vol. Comment ça s’est passé ? La stimulation cérébrale des pilotes débutants s’est faite grâce à des électrodes intégrées (ou stimulation transcrânienne à courant direct, qui est notamment utilisée pour traiter les maladies d’Alzheimer ou Parkinson). Et quand on compare les résultats entre le premier groupe et le groupe placebo, on augmente de 33% les résultats ! Plutôt bluffant.

Le Dr Matthews Phillips explique que ce système est tout nouveau dans le genre. « ça sonne un peu comme de la SF mais c’est largement basé sur la science. Notre système cible les changements qui surviennent dans des régions spécifiques du cerveau lorsque l’on apprend. »

En bref, cela nous permettrait aussi bien d’apprendre à conduire, qu’à préparer des examens ou à apprendre une nouvelle langue. Et ce, bien plus facilement qu’avec toutes les petites astuces que nous avons pu mettre en place jusqu’à présent pour nous forcer à retenir !

Bientôt une réalité ?

Cependant, il faut rester réaliste. Pour le moment, ces stimulation électriques (qui restent légères rassurez-vous !) ont une action bénéfique : nous apprenons plus facilement. Mais il ne s’agit que d’un coup de pouce dans notre apprentissage ! En réalité pour le moment, cela ne fait que l’amplifier. On est encore bien loin de réussir à maîtriser n’importe quelle matière ou activité en une seconde et demie comme Neo… Ce qui est amusant, c’est que cette idée de stimuli électrique remonte aux… Égyptiens ! Il y a 4000 ans, ces derniers avaient déjà eu l’idée d’utiliser des poissons électriques pour stimuler le cerveau, ou pour réduire la douleur.

Et l’éthique dans tout ça ?

Il est vrai que cela peut nous apparaître comme une avancée majeure. Imaginez un instant : avoir cette capacité à intégrer les informations aussi facilement pourrait nous permettre de restaurer nos souvenirs en cas d’accident, de vieillissement ou de maladie. Ou de faciliter la rééducation de personnes souffrant d’une perte temporaire de capacité, quelle qu’elle soit. Attention toutefois car cela pourrait bien être utilisé, si on n’y fait pas attention, à des fins beaucoup moins sympathiques : hypnose, contrôle de l’esprit, entre autres, seraient au programme. Cette méthode reste en effet très puissante ! Et si cela devenait même une drogue ? Par ailleurs, comme le disait Jean-Claude Ameisen, médecin, immunologiste et chercheur français en biologie, lors d’une conférence au Festival du Monde : « la science nous offre des choix multiples. Mais il est nécessaire de se poser pour choisir si on accepte ces avancées ou pas. Ce n’est pas parce que c’est possible qu’il faut le faire, tout accepter et tout utiliser… ». Avons-nous réellement envie de tout connaître sur tout, de tout savoir aussi facilement ? N’est-il pas gratifiant de réussir enfin à apprendre quelque chose ? On vous laisse méditer.

 

Anaïs Bozino

Source

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Anais

All stories by: Anais