Ynsect, Solar Impulse, My Wok… quand l’innovation se met au vert !
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La COP21, en plus d’être un rendez-vous historique, permet de mettre en avant des projets innovants et respectueux de notre planète. En voici quelques uns qui ont retenu notre attention.

Solar Impulse : le soleil pour tout carburant

Grâce à ses 72 panneaux solaires, l’avion Solar Impulse ne fonctionne pas au fioul, mais grâce au soleil. Le port de masques à oxygène est obligatoire à l’intérieur du cockpit. La place est réduite pour rendre l’engin le plus ergonomique possible. La nuit, il faut essayer d’utiliser le moins d’énergie possible. Le projet de ses deux aviateurs, Bertrand Piccard et André Borschberg, créateur et pilote, est de réaliser un tour du monde à bord de cet avion. Commencé en mars 2015, depuis Abu Dhabi jusqu’en Chine, le périple a du être stoppé à cause du panne. Il reprendra début 2016. « C’est inouï d’être dans cet avion. J’en ai eu les larmes aux yeux. C’est un privilège incroyable de pouvoir voler avec Solar impulse« , explique André Borschberg.

solar-impulse

 

My Wok donne ses déchets aux cochons

Le restaurant dijonnais My Wok a décidé de ne plus jeter ses déchets mais de les donner à ses cochons. « On ne sait pas où ça part d’ailleurs. Avoir une chaîne alimentaire complète, avec un recyclage complet avec mes animaux personnels, je trouvais que c’était nettement plus sain et plus citoyen », explique Paul Seysses. Une initiative qui n’est pas forcément saluer. Le restaurateur a été dissuadé de continuer par quelques personnes. « On m’a découragé plus ou moins parce que normalement je n’ai pas le droit de donner de la nourriture à mes cochons. Mes cochons devraient être déclarés à la chambre d’agriculture, mais pour moi, ce sont des animaux domestiques !», s’indigne t-il. Ravi d’avoir pris cette initiative, il déplore le manque de composteurs réservés aux professionnels.

my-wok

Ynsect nourrit le bétail avec des insectes

Ynsect mise sur les scarabées pour nourrir le bétail ! Antoine Hubert, président de la start-up française, tente de remédier à une problématique connue de tous : les hommes mangent de plus en plus de viandes et de poissons. Comment faut-il nourrir ces bêtes avec des ressources de plus en plus diminuées ? C’est ainsi que la start-up propose comme alternative aux farines de poissons, coûteuses en carbone, une farine d’insectes à base de scarabée et de mouches. « Pour l’homme, c’est encore un peu compliqué. Mais pour les animaux, les perspectives sont plus ouvertes. », explique Antoine Hubert.

Vous avez jusqu’au 10 décembre pour rencontrer les projets des start-ups qui œuvrent pour la protection de notre planète ! Rendez-vous au Grand Palais à Paris.

Myriam Roche 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID