Les robots aussi travaillent leur corps de rêve !
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

C’est l’été, et comme les humains, les robots veulent se muscler pour montrer leur corps de rêve sur la plage. En réalité, nous n’en sommes pas encore à ce point. Mais le fait est là : les chercheurs proposent des moyens de muscler nos amis les robots. On vous explique tout.

 

Et si c’était la fin des robots rigides, conçus d’un seul bloc ? La tendance est là aujourd’hui : les chercheurs travaillent sur de nouveaux matériaux pour construire les robots. De plus en plus, ce sont des matériaux d’origine biologique qui sont utilisés. Le MIT par exemple a proposé des mini-robots origamis… en intestin de porc ! Le but ? Faire en sorte que le corps humain puisse l’accepter, et qu’il ne soit pas rejeté comme si c’était un corps étranger.

VAMPs : le biceps du robot

Pour rester dans la lignée du bio-inspiré, nous vous présentons le muscle artificiel d’Harvard, qui est développée chez Soft Robotics : le VAMPs ou Vacuum-actuated muscle-inspired pneumatic structure. Bon, avec ça, nous ne sommes pas plus avancés. Il s’agit en fait d’un nouveau mécanisme musculaire capable de générer du mouvement grâce au principe de pression inversée, au vide. Le professeur Georges Withesides, qui est à l’origine du projet, et ses équipes ont ainsi utiliser le principal défaut de l’élastomère, celui de se rétracter, pour en faire un atout. Cette matière génère ainsi de l’énergie en se contractant et non en se gonflant, permettant de gagner de la place et d’absorber les chocs. Un autre avantage : celui de n’utiliser aucune source d’énergie dangereuse pour l’homme, comme l’électricité ou la combustion.

« Très simplement, nos actuateurs copient le modèle du biceps humain » explique le professeur. « D’autres actuateurs mous ont déjà été développés ailleurs mais le nôtre est celui qui nous paraît le plus proche du muscle humain, en termes de temps de réponse et d’efficacité ».

Frankenstein, version robot

C’est à l’Institut de Technologie de Tokyo qu’est en train de naître un nouveau monstre de Frankenstein. C’est un peu l’impression que nous avons en visualisant cette vidéo présentant les muscles artificiels multifilaments du Laboratoire de Robotique Suzumori Endo. Nous y découvrons un squelette artificiel d’humain, couvert de muscles, qui permettent d’animer l’ensemble du squelette, comme un humain le ferait. Ce robot a ainsi autant de muscles dans ses jambes que nous. Cependant, on risque d’en décevoir certains, ces muscles étant trop faibles, le robot ne peut pas encore se tenir debout s’il n’est pas aidé. Bienvenue dans le futur…

https://www.youtube.com/watch?v=0ZBD2tcKOU4

Anaïs Bozino

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID