Event Reporter – C2 Montréal 2017
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Quand le célèbre Cirque du Soleil crée son événement innovation, cela donne une sorte de « SXSW » miniature, avec des conférences inspirantes sur les grandes tendances de demain, le design et l’art, mais aussi du fun et des food trucks… Notre reporter Valentin est allé faire un tour au Canada pour découvrir le C2 Montréal, suivez le guide !

Fort de ses milliers de visiteurs (qu’ils soient entrepreneurs, artistes, investisseurs, ingénieurs ou encore amateurs d’art et d’innovation venant de plus de 50 pays), le C2 Montréal est devenu, en 6 éditions, un événement incontournable de la scène tech canadienne. Les amateurs de gadgets seront peut-être un peu déçus par l’absence de démonstrations produits ou d’espace d’exposition pour start-ups… Mais qu’à cela ne tienne : l’innovation est omniprésente au C2 ! C’est l’occasion d’écouter des speakers aborder des thématiques en tout genre (généralement de très bon niveau, même si les têtes d’affiche sont rares), de networker ou encore d’apprendre. Et pour ce faire, rien que le lieu où se tiennent les confs vaut le détour : un chapiteau de cirque ! Cela n’est certes pas très surprenant quand on connait l’organisme qui a fondé C2, mais il faut avouer que c’est une véritable expérience en soi que d’écouter des experts et entrepreneurs sur une scène à 360 degrés où chaque intervention est entrecoupée de séquences artistiques de danse, musique ou effets de lumière !

CE QU’IL FAUT RETENIR

Parmi les nombreuses thématiques abordées, voici celles qui, selon moi, valent vraiment la peine d’être diffusées :

  • Un système de rencontres optimisé : 
    C’est un point qui mérite que l’on s’y attarde, car au-delà de la pertinence des contenus proposés lors d’un événement tech & innovation, c’est aussi la facilité ou non à « réseauter » et à rencontrer les bonnes personnes qui peuvent nous apporter qui fait de notre expérience un temps utile ou non, et qui influent donc sur la qualité de l’événement. Pendant le C2, l’innovation s’immisce dans cette sphère dès l’inscription, où le visiteur est incité à préparer son programme via une plateforme appelée Klik sur laquelle il peut indiquer ses intérêts ou s’inscrire aux différentes séquences proposées lors de l’event : conférences, classes de maître (sorte de conférence en format restreint avec un intervenant pour aborder des sujets de façon plus approfondie), et ateliers (le fameux Workshop qui permet une vraie stimulation de vos neurones et vous permet de vraiment interagir avec des entrepreneurs ou experts). Pour aller encore plus loin dans les échanges sur les sujets qui vous tiennent à cœur, C2 a inventé le concept de « BrainDates » : postez un sujet pour lequel vous êtes un expert et que vous voulez présenter à vos pairs depuis la plateforme Klik ou consultez les sujets postés par les autres. Un système de matchmaking permet alors d’échanger avec des personnes ayant des intérêts communs dans un lieu dédié. Enfin, si vous êtes trop timide, vous pourrez toujours vous inscrire à un Lab, une séquence en groupe restreint plus fun et plus ludique, au cours de laquelle les contacts pourront se faire plus naturellement…
  • Comprendre la « Blockchain » par le jeu : 
    Si vous vous demandez toujours ce qui se cache derrière le terme très à la mode de « Blockchain » et que la lecture des articles de Silex ID à ce sujet n’a pas permis d’éclairer votre lanterne, C2 nous a proposé, à travers l’un de ses ateliers (très populaire car absolument complet malgré 3 programmations), une présentation de l’univers des « blockchains » à travers des jeux de dés, cartes, jetons de casino et Lego. Ces éléments vous permettent d’explorer par groupe de 6 les différents champs d’application de cette technologie et de comprendre de manière ludique le fonctionnement des transactions et du système de validation par la communauté à travers la signature digitale, illustrée en l’occurrence par le fait que pour chaque transaction, matérialisée par l’ajout d’un bloc de lego à un autre, chaque participant doit signer de ses initiales. Le format est convivial, pousse à l’échange et permet vraiment d’appréhender une technologie complexe qu’il n’est pas toujours facile de visualiser.
  • Le design pour sauver le monde ?
    C’est un regard neuf et lucide sur le monde que nous apporte le Designer industriel Karim Rashid. Partant du constat que le design n’est pas réservé à une élite, mais a bien un impact sur l’ensemble de la société (chacun d’entre nous est en contact avec une moyenne de 600 objets par jour), et que bien designer revient à améliorer l’expérience de la vie quotidienne, Karim nous rappelle le spectre de la raréfaction des ressources dont nous disposons (il ne reste plus que 4% des forêts d’origine en Amérique) et de l’absurdité de notre société de consommation (chaque année, ce sont 300 000 nouveaux meubles en tout genre qui sont présentés à la Foire de Milan dédiée à l’ameublement). Selon lui, le designer peut changer les choses en choisissant de nouveaux composites innovants comme un polymère à base de sucre et non de pétrole. Après tout, nous consommons probablement plus de sucre depuis 100 ans que dans toute l’histoire de l’humanité, alors autant canaliser cette ressource vers quelque chose de plus utile que notre engraissement. Ce genre de révolution est possible selon Karim qui voit, dans l’ère digitale, l’avènement de l’individu comme différenciateur de la race humaine pour la première fois depuis l’apparition de celle-ci : chacun peut devenir entrepreneur ou créateur et proposer une alternative à un modèle qui fonce droit dans le mur…
  • I, Robot ?
    Ou comment le patron et fondateur de Sphero Ian Bernstein (vous connaissez forcément BB8 leur robot dernier né de la saga Star Wars) partage sa vision de l’avenir des robots et surtout des 4 lois de la robotique qu’il estime indispensables ! Première loi : les robots devront être capables d’établir de véritables relations avec les êtres humains car ces derniers veulent un compagnon avant tout. Seconde loi : malgré le défi technologique que cela implique, notamment en termes d’équilibre, le robot qui entrera demain dans nos vies quotidiennes devra nous ressembler, nous rappeler quelqu’un, bref, avoir une tête, des yeux… Troisièmement : les robots devront être utiles (sans blague !). Enfin : ils devront être multi-tâches, ne serait-ce que parce que nous n’aurons pas assez de ressources, selon Ian, pour se permettre de disposer d’un robot par tâche. Si certaines de ces affirmations peuvent paraître évidentes, il est tout de même intéressant d’avoir la perspective d’un acteur du secteur dont la vision, partagée par ses pairs, aura forcément un impact sur la façon dont les robots seront amenés à évoluer, et en l’occurrence à nous ressembler.

C2 Montréal, c’est aussi une armada de food trucks pour la pause déj, et si tout ce que vous avez lu de cette newsletter ne vous a pas encore convaincu, alors la poutine au porc effiloché, sauce au vin et oignons frits sur son lit de frites fraîches devrait le faire ! Une expérience culinaire à ne pas manquer, d’autant qu’il s’agit de la spécialité du Québec. À partager sans modération : ça facilite le contact et peut ouvrir des portes !

TAKE AWAY

START (ME) UP

Libraries Without Borders, ou l’innovation dans la vision de l’humanitaire
J’ai testé pour vous la formule « Atelier » du C2 : une heure et demi de brainstorming afin d’aider une start-up innovant dans un domaine inattendu : l’humanitaire. Libraries Without Borders (ou Bibliothèques Sans Frontières) est partie du constat qu’en moyenne, la durée de séjour d’un réfugié dans un camp avoisinait 17 ans. Oui, 17 ans. De plus, et bien trop souvent, l’humanitaire se résumait à l’acheminement de nourriture et de médicaments. Or la demande pour se former, communiquer, partager, bref, se reconstruire et retrouver une dignité perdue est bien plus forte. C’est pour répondre à ces besoins que cette start-up française a développé l’Idea Box, une bibliothèque mobile, transportable dans des modules. La start-up peut ainsi rapidement déployer au sein d’un camp un véritable lieu de savoir ; bibliothèque, médiathèque ou salle d’apprentissage disposant de son propre générateur électrique et réseau Wi-Fi. Des dizaines d’idea boxes sont d’ores et déjà en opération à travers le monde, et la start-up veut aller plus loin, trouver de nouvelles applications pour de nouveaux modules. Notre groupe a proposé l’idée d’un module électronique contenant des éléments de base, outils et manuels pour permettre aux réfugiés de devenir acteurs de leur destin, de gagner en compétences et de construire eux-mêmes des objets indispensables : une batterie de téléphone portable solaire, une radio…

LE CHIFFRE CLÉ

C’est la proportion de la bande passante nationale utilisée par Netflix aux heures de pointe en France.
Cyril Hanouna n’a qu’à bien se tenir ! 🙂

 

 À LIRE OU À RELIRE !
Sonic Boom, de Joël Beckerman

Joël Beckerman, compositeur et fondateur de Man Made Music vous invite à partager sa réflexion sur le pouvoir du son, afin d’en découvrir les secrets, les promesses et de nouvelles perspectives sur l’innovation. Car le son, en plus d’être le sens auquel nous réagissons le plus rapidement (c’est prouvé scientifiquement), est également celui qui donne un sens essentiel à ce qui nous entoure. Prenez la saga cinématographique Star Wars par exemple et remplacez la célèbre bande son par celle de Mary Poppins : ridicule non ? Le film perdrait tout son sens ! Et si le mauvais goût que vous trouvez à la nourriture de votre plateau repas dans l’avion était dû au bourdonnement qui fait que vous ne vous entendiez pas manger ? Bref, nous ne devrions pas sous-estimer le pouvoir du son, encore moins dans l’économie et dans l’innovation : les entreprises ont souvent une stratégie du son avec des jingles caractéristiques qui nous trottent dans la tête (celui du I’m lovin’ it de McDonald’s me vient en tête en écrivant ces lignes, dois-je m’en inquiéter ?). Enfin, l’analyse de sons peut permettre, selon Joël Beckerman, d’établir le diagnostic d’un écosystème dans la nature. Et si on considérait le traitement des données comme une symphonie de data, peut-être ferions-nous des progrès plus rapides ?

Ces 3 jours ont été riches en expériences et en rencontres (dans des lieux aussi conviviaux que l’Arsenal ou le Musée d’Arts Contemporain de Montréal) et j’ai sans aucun doute assisté à l’un des events incontournables du monde de l’innovation et de l’inspiration créative ! Parce que s’il y a bien quelque chose que je peux vous garantir si vous avez la chance de passer une tête à la prochaine édition, que ce soit au Canada ou en Australie (le C2 sera à Melbourne du 30 novembre au 1er décembre prochain), c’est que l’essentiel c’est bien de trouver l’inspiration pour démarrer, poursuivre ou redémarrer vos projets, même les plus fous.

La semaine prochaine, Anaïs et Raph nous raconteront ce qu’ils ont vu au Web2Day à Nantes… Stay tuned, and get inspired !

COMING NEXT

Copyright © 2017 Silex ID, All rights reserved.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline