Event Reporter – Échappée Volée 2017
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Cette semaine, Event Reporter vous emmène au Domaine des Fontaines à Chantilly pour la 4e édition de l’Échappée Volée. Cet auto-proclamé « do-tank » permet (comme son nom l’indique) à ses participants de se mettre au vert pendant 3 jours – si vous faites l’event en entier – ou pendant une journée, pour tous les « curieux » qui ont envie de s’aérer le corps et l’esprit. Dan & Valentin ont répondu à l’appel, voici leur report !

Depuis 2014, L’Échappée Volée s’est imposée comme un évènement unique, dans le somptueux « Campus CapGemini Les Fontaines » à Chantilly, avec une programmation mélangeant conférences inspirationnelles, présentations de start-ups originales et novatrices ou encore animations en tout genre. Cette année, l’event tourne autour de la thématique « Exponential Happiness », et se découpe (pour nous, curieux, qui ne faisons qu’une seule journée) en 3 grandes sessions de talks : « C’est la vie ! », « Mad world » et « Man in the mirror ». Arrivés sur les lieux à 9h30, nous sommes ravis d’apprendre que la journée commence par un mini-cours de yoga pour tout le monde, dans l’auditorium principal ! Requinqués, nous enchaînons les talks, et avons à peine le temps de faire le tour du « LAB » (les stands parsemant le lieu, avec de nombreuses start-ups, des salles de démos…) qu’on nous convie au déjeuner dans le sublime jardin du château, l’idéal pour networker et faire quelques rencontres intéressantes. Si nous n’avons malheureusement pas pu participer aux workshops ayant lieu à la mi-journée (ils étaient complets depuis belle lurette, c’est dommage, on aurait adoré participer au grand « Quiz inattendu de l’économie du bonheur » ainsi qu’à la session qui explique comment « Aborder la Blockchain ludiquement« …), nous nous sommes régalés avec les nombreuses conférences – mention spéciale au mentaliste James Chadier qui s’est lancé dans un jeu de devinettes avec plusieurs membres de l’assemblée !

CE QU’IL FAUT RETENIR

Voici notre sélection de talks qui ont fait la différence tout au long de cette journée :

  • Vous avez forcément déjà entendu parler de nanotechnologies, mais en connaissez-vous véritablement toutes les implications possibles sur notre vie et notre santé ? Laurent Lévy, CEO de Nanobiotix, nous en a donné un formidable aperçu, avec une image simple et drôle : celle du petit beurre ! Imaginez vous au mariage de votre cousin, au milieu de l’assemblée des invités. Au loin, vous voyez arriver le serveur avec son plateau de délicieux petits fours, persuadé – à raison – que lorsque ce dernier arrivera à votre niveau il ne restera plus rien à déguster. Imaginez une distribution de petits beurres juste avant le passage du serveur, qui permettrait d’occuper les convives, et de vous laisser quelques petits fours de côté. Derrière cette allégorie gourmande, il y a le constat que les effets d’un médicament sont rarement « ciblés ». Cependant, grâce aux nanotechs, il devrait être possible de « redesigner » complètement le concept même du médicament, afin que tout l’effet ne soit pas capté par le foie, « la poubelle du corps » – mais directement par les organes visés. Il devrait également être possible de réduire les doses de médicaments, mais aussi soigner les plus fragiles (nourrissons et personnes âgées) à qui il est souvent difficile de prescrire certains médicaments dont le dosage est trop élevé.
  • Directeur de recherches en neurosciences cognitives, Jean-Philippe Lachaux nous a livré un plaidoyer passionnant contre la « gloutonnerie attentionnelle », qui est, selon lui, l’un des grands maux de notre société. « L’attention est un phénomène biologique soumis à des lois », nous a expliqué le chercheur dans son excellent talk, détaillant de façon très scientifique qu’à chaque fois que notre cerveau est sollicité par un « trigger » externe (comprenez un déclencheur, comme par exemple une notification sur votre smartphone), un process biologique se met en route : des hormones sont libérées dans l’organisme, et notre corps ressent une véritable satisfaction « physique » semblable à celle stimulée par la drogue, ou le chocolat par exemple. Mais qu’à cela ne tienne : l’auteur des passionnants ouvrages Le Cerveau Attentif et Le Cerveau Funambule explique qu’en fait, le véritable bonheur réside dans la vraie stabilité émotionnelle, qui se démontre par le fait de se concentrer sur une seule chose à la fois, ce qui est par exemple le cas chez les musiciens ou artistes virtuoses, qui maîtrisent un instrument à la perfection – et arrivent à se concentrer sur une activité unique de façon prolongée, sans que leur attention soit dérangée par leur smartphone ou tout autre intervention externe. Selon lui, cette prise de conscience est essentielle, « sinon nous allons nous retrouver dans un monde où plus rien n’a de valeur ! ». Des propos à méditer… Au fait, vous venez de recevoir quelques notifications WhatsApp, pas envie d’aller voir ?
  • Pour finir cette journée chargée, le charismatique Pierre Servent nous a donné un éclairage passionnant qui mérite que l’on en fasse ici le récit : le robot est-il l’avenir du soldat ? Actuellement, des robots interviennent déjà dans 3 cas de figure : le déminage, les drones et les sentinelles (à la frontière entre la Corée du Nord et du Sud). Seulement, dans ces trois cas de figure, la robotisation ou automatisation est partielle : le robot démineur et le drone sont pilotés à distance, le robot sentinelle a besoin de l’ordre d’un officier en chair et en os pour tirer sur l’intrus qu’il a repéré ou intercepté. L’homme occupe donc toujours un rôle central et l’avenir du soldat réside plutôt en ce qu’il sera de plus en plus un soldat « augmenté », suivant une évolution historique : les jumelles augmentent ses yeux, la communication à distance augmente son oreille et sa voix. Au XXIe siècle, l’exosquelette augmente sa force et la « mule-robot » qui suit ses pas augmente sa capacité de charge. Cependant, l’automatisation totale existe. Par exemple dans les systèmes radars de détection et destruction d’une cible aérienne installés sur les bâtiments de guerre. Plus saisissant encore : le robot tueur russe capable de tirer sur une cible sans intervention humaine. La Russie et la Chine sont d’ailleurs le plus à la pointe en la matière. Et de conclure sur l’observation suivante : si une dictature peut se permettre cette automatisation totale, une démocratie pourrait plus difficilement le justifier sans créer l’émoi. Le degré de démocratie d’un pays ne se mesurerait-il finalement pas au degré d’automatisation de ses soldats ?

TAKE AWAY

 

La personnalité incontournable
Force est de dire qu’Anne-Charlotte Vuccino a un parcours exceptionnel : après un malheureux accident au Bénin quand elle était plus jeune, elle se retrouve avec la jambe broyée. Résignée et avec l’idée en tête qu’elle ne pourra plus jamais marcher correctement, elle devient consultante en stratégie, mais se rend compte qu’elle n’est pas heureuse dans ce full-time job qui l’oblige à être devant son ordinateur de 9h à 19h. Elle décide donc de tout plaquer et lance Yogist, la première app de Yoga corporate, pour faire du yoga assis, afin de se sentir mieux au bureau. Comme quoi, rien n’est jamais écrit, et avec beaucoup de persévérance, il est possible de changer de vie !

START (ME) UP !

Vous avez des enfants et vous ne connaissez pas Magic Makers ? Fondé en 2014 par Claude Terosier, cette start-up a pour but d’apprendre aux 6-15 ans à coder, afin de booster leur créativité – et de leur permettre de créer toutes sortes de programmes par la même occasion ! Que ce soit lors d’ateliers hebdomadaires ou de stages pendant les vacances scolaires, Magic Makers permet à des milliers de jeunes de se sensibiliser au monde de demain. Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire : inscrivez vos progénitures à l’un des stages découverte, pour voir s’ils ont l’étoffe d’un futur CTO.

À LIRE (OU À RELIRE)

Connaissez-vous Physarum polycephalum ? Cet être ni animal ni végétal ? Le « blob » (pour les intimes) est constitué d’une seule cellule pouvant couvrir jusqu’à 10 mètres carrés et vit dans les sous-bois. Il en existe près de 1000 espèces dans le monde. Le livre d’Audrey Dussutour nous révèle ainsi les dessous d’une espèce fascinante qui prouve qu’il existe une intelligence primitive. Nul besoin de système nerveux ni de cerveau, le blob se déplace pour chercher sa nourriture (4 centimètres à l’heure s’il a très faim), et surtout, il apprend ! Mieux encore, il peut partager l’information aux autres blobs avec lesquels il fusionne (oui, il peut fusionner ou se séparer à nouveau en plusieurs blobs distincts). Et pour couronner le tout, il est immortel. S’il ne trouve pas de nourriture, il se dessèche pour reprendre vie, parfois des années plus tard. Autant dire qu’il en a sous le capot, ce bon vieux blob !

Cette quatrième édition de l’Échappée Volée est passée vite ! Espérons que nous pourrons tester la version « 3 jours » l’année prochaine, pour s’aérer le corps et se remplir la tête avec des dizaines de talks intéressants. Un grand bravo en tout cas à Michel Lévy-Provençal et Nawal Hamitouche de Brightness pour cet event unique en son genre. La semaine prochaine, Event Reporter vous emmènera du côté de Singapour, où Matthieu se fera un plaisir d’explorer pour vous les start-ups et projets entrepreneuriaux asiatiques lors du fameux Tech In Asia… Stay tuned !

COMING NEXT

Copyright © 2017 Silex ID, All rights reserved.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline