Event Reporter – Laval Virtual
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail


Cette semaine, Dan a envoyé la reporter de choc Anaïs pour qu’elle nous raconte ses aventures au Laval Virtual, plus grand salon de la VR au niveau mondial. Cette 19e édition de l’évènement nous offre une magnifique plongée au cœur des mondes virtuels… On vous embarque ?

Pendant deux journées, j’ai pu successivement jouer à l’apprentie chirurgien, plonger avec des baleines et des raies manta, faire des tours de montagnes russes, voler comme Superman, tirer au canon sur des flottes ennemies en aéronef, ou encore… marcher sur la lune ! Et non, mes chers Cro-Magnons, ce n’était pas dans mes rêves les plus fous ! J’ai trouvé que les équipements qui vont avec les casques de réalité virtuelle rendent les expériences encore plus folles : pour le grand-huit par exemple, de l’air souffle dans vos cheveux, le siège bouge avec vous. Difficile de me dire que je n’étais pas vraiment dans un parc d’attraction ! Le Laval Virtual – que j’attendais depuis un moment – a tenu ses belles promesses. Chaque stand (et ils sont très nombreux) apporte son lot de surprises…
Suivez la guide !

CE QU’IL FAUT RETENIR

Entre deux voyages dans les univers virtuels, j’ai pu assister à certaines des tables-rondes qui étaient organisées tout au long de l’event. Voici les points à retenir.

  • La réalité virtuelle est un outil qui permet de plonger des visiteurs ou des futurs clients dans un univers. Pour Sami Guillermet de GIE VR Connection, « la réalité virtuelle est le meilleur outil pour redéfinir le champ des possibles. C’est une façon de faire vivre une histoire et pas juste de la raconter ». Avec son arrivée, tout le monde était persuadé que cette technologie allait balayer les médias traditionnels. Mais ce n’est pas le cas ! Lorsque l’on cherche à faire du storytelling, finalement ce sont les mécaniques de narration qui font qu’un message passe ou pas. En effet, une bonne mécanique de narration fonctionne sur tous les supports, que ce soit en vidéo, dans les jeux vidéo, sur les réseaux sociaux ou même dans les livres… La réalité virtuelle vient donc s’ajouter à la liste des supports.

 

  • Cette technologie est, par ailleurs, largement utilisée dans le domaine de la formation. Pour Sophie Sagot-Duvauroux, du Technocampus Smart Factory, il existe « 3 types d’acteurs dans ce secteur. D’abord, l’apprenant, qui est totalement immergé, et qui se voit à la première personne. Ensuite, le maître, qui a un avatar, et qui se voit donc plutôt à la troisième personne. Et enfin, la classe, qui est spectateur à la 3e personne également, mais qui ne va pas voir forcément les mêmes choses que le maître ». Être à la première ou à la troisième personne n’est pas anodin au cours d’une formation virtuelle : il peut être important de voir son corps pour apprendre certains mouvements, comme la danse par exemple. En revanche, pour apprendre à maîtriser un tableau de bord et appuyer sur des boutons, on n’a pas forcément besoin de se voir, et on peut ainsi basculer à la 1ère personne.

 

  • La réalité virtuelle, en plus d’envahir les secteurs du divertissement, de la formation, de la publicité, de la communication, se tourne également vers le sport, que ce soit du côté du supporter ou du sportif. Pour le fan, « la VR doit permettre aux gens de se retrouver » explique Emmanuelle Roger, cofondatrice d’Immersiv, même s’ils ne sont pas physiquement au même endroit. La réalité mixte promet d’ailleurs d’avoir un bel avenir à ce sujet. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, même si elle se démocratise, ce n’est pas pour autant que les stades seront désertifiés. Pour le sportif maintenant, pour Richard Kulpa, professeur au Laboratoire M2S : la réalité virtuelle permet d’individualiser l’entraînement, mais aussi d’apprendre mieux, plus vite, et de manière plus stable. Par exemple, il explique que pour apprendre à jongler, on va pouvoir décomposer les mouvements, jouer sur la vitesse, apprendre au ralenti en 2D puis progressivement accélérer et passer en 3D. Seul bémol pour le moment : l’appréhension des distances est altérée, et il n’y a généralement pas de retour d’effort, ce qui peut être perturbant lorsque l’on revient sur le terrain par la suite.

TAKE AWAY

 L’EFFET WAOUH
Pour Sophie Sagot-Duvauroux, de Smart Factory, nous aurons tous très prochainement des « agents », que l’on peut assimiler à nos avatars, qui iront « chercher des services pour nous ». Allons-nous avoir des « esclaves numériques » qui feront les tâches que nous ne voulons pas faire dans un monde virtuel ?

START (ME) UP !
Cette fois-ci, nous vous présentons Virtualis, parce que la réalité virtuelle, contrairement aux idées reçues, n’est pas seulement destinée au divertissement. En effet, pour cette start-up, la VR peut aussi servir pour soigner différents troubles, comme le mal de mer, la peur des araignées, les troubles de l’équilibre, le vertige, entre autres ! Pour le moment, Virtualis touche 3000 patients, dans plus de 7 pays dont la France ou le Brésil par exemple.

L'(E)XPÉRIENCE FUN
Comme je vous le disais, j’ai pu expérimenter le fait de marcher sur la lune. Le concept ? Une fois harnaché, vous êtes relié à des poids qui vont permettent, lorsque vous sautez, d’avoir l’impression de marcher sur la lune… Il ne reste plus qu’à enfiler le casque de réalité virtuelle, et hop, vous voici projeté sur notre satellite. Même si j’ai regretté de ne pas pouvoir me promener (on est contraint de sauter sur place), l’expérience vaut le détour !

 

Cette 19e édition du Laval Virtual a été une vraie réussite ! Se promener dans les allées de l’event était très inspirant : on voit bien que de plus en plus de secteurs d’activités s’intéressent de près à la réalité virtuelle ainsi qu’à la réalité augmentée. Et les progrès sont notables ! Si la réalité virtuelle ne va pas encore envahir nos appartements (vu le prix des casques encore trop élevé – du moins pour les Vive et Oculus), il n’en reste pas moins que certaines industries s’en emparent déjà, comme la formation ou le sport. Le fait de pouvoir tester toutes sortes d’applications directement sur place est le grand plus de cet événement. Nous avons hâte d’être à l’année prochaine… En attendant, nous allons voir ce que nous propose l’alimentation de demain dans Food & Digital la semaine prochaine !

COMING NEXT

Copyright © 2017 Silex ID, All rights reserved.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Anais

All stories by: Anais