Event Reporter – WebSummit 2016
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le WebSummit, c’est le Davos de la Tech, la Mecque des Start-Ups, la grand’messe européenne de l’innovation ! Notre (chanceux) reporter François est allé y faire un tour. Il nous raconte sa première journée à Lisbonne…

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : cette année, le WebSummit accueille 53,056 visiteurs ! Parmi eux, on trouve des badges bleus (visiteurs), rouges (investisseurs), jaunes (en quête de fonds) ou verts (journalistes), 7 000 PDG et 65% de cadres dirigeants. En tout, 15 000 entreprises présentes venant de 166 pays. Impressionnant, non ?

Sur la forme, c’est extrêmement bien organisé. À 15 minutes de métro de l’aéroport, trois grands halls à la signalétique parfaite – on est jamais perdu – et une énorme aréna de 10 000 places dignes de l’Accor Hotel Arena. Entre chaque univers, des food trucks rivalisent d’ingéniosité culinaire.

Pour les startups, briller dans une telle foire est toujours un défi – lire ici les précieux conseils des Echos Start. Mais chaque lot de jeunes pousses est identifié par thème (FinTech, Content…) et chaque stand par son pays. On regrette seulement l’absence de méga panneaux French Tech, comme il y en avait à SXSW (Austin), MWC (Barcelone) ou le CES (Las Vegas) !

Du coup on se rabat sur des valeurs sûres, comme l’incubateur de la Poste Start’inPost avec les fidèles Laurent Lipiner et Kevin Assaraf. A leur habitude, ils présentent des startups qui sortent du lot. Deux exemples à tonalité internationale : Dunforce, qui est un « agent de recouvrement intelligent », et Neomy, l’appli qui vous dit quand transférer de l’argent à l’étranger – entre le Mexique et les Etats-Unis par exemple.

Dunforce est incubé chez Start’inPost mais aussi chez Wayra, l’incubateur de Telefonica à Barcelone. Une aubaine pour insérer sa solution chez les grands comptes ibériques. Neomy fait encore mieux question « relations internationales ». Fondée à Paris en 2015 par Christophe Lassuyt et Etienne Tatur autour de la blockchain, Neomy a tour à tour posé ses valises à Mexico (été 2015), puis à l’incubateur d’ING à Amsterdam (septembre 2015-Mai 2016), avant de prendre la direction de Lisbonne… et en attendant janvier où l’équipe va rejoindre Y Combinator à San Francisco !

Le concept à Lisbonne est assez dans l’air du temps : « nous avons loué deux grands apparts trop grands, nous accueillons des entrepreneurs nomades – des designers, des photographes, des business developers… – sur un principe simple : tu squattes une semaine, tu bosses une journée et demi pour Neomy » explique Julien Devoir, head of growth. Trois mois à San Francisco, et après ? « On ne sait pas, l’important pour nous c’est de voyager en travaillant répond Julien. Notre business est nomade, il s’adresse à des expatriés qui doivent transférer des fonds hors des frontières. Un peu comme nous… » Un état d’esprit agile et cosmopolite qui souffle sur le WebSummit, où l’énergie des start-uppers et des VC’s ferait presque oublier la gueule de bois qui a suivi la victoire de Donald Trump à la présidentielle US…

Voilà pour la première journée ! Demain, je vous parle du contenu des conférences, tout aussi passionnant. Et au fait, on a retrouvé Doc Gynéco… euhh pardon, c’est Ronaldinho qui parle toujours aussi bien portugais !

Copyright © 2016 Silex ID, All rights reserved.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID