MIT insider – Monthly Report 1
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Hello les CroMagnons ! Je suis Mathias, fervent lecteur et contributeur de la communauté Silex. Vous me connaissez d’ailleurs peut-être : je suis en partie à l’origine du Newspaper de février avec le jeu Home Smart Home sur l’Habitat de Demain. Un beau projet.

On connait tous le MIT, au moins de nom. Mais qui y a vraiment mis les pieds ? Je suis étudiant infiltré au prestigieux Massachusetts Institute of Technology, cette grande Mecque de l’innovation.  Ma proposition est simple : vous faire vivre cette expérience avec moi. Avec cette chronique je vous régalerai de tout ce que je trouverai de fameux sur le grand campus nord-américain!

Avant tout : qu’est-ce que je fais au MIT ? Je conduis un projet de recherche qui vise à comprendre les liens entre les jeux et l’innovation. Projet à l’initiative d’Hélène Michel, enseignante chercheuse en Management de l’Innovation et Serious Games à Grenoble Ecole de Management et de Scot Osterweil, Creative Director à l’Education Arcade et au MIT Game Lab.

Tous deux supervisent mes travaux et expérimentations. Je suis pour le moment à la genèse du projet, j’ai passé lors de cette première semaine mon habilitation à conduire des recherches sur des sujets humains (des participants à des sessions de jeux d’innovation dans mon cas). Cinq jours où j’ai plongé la tête dans le monde de la recherche dans un haut lieu de la discipline : Cambridge, Massachusetts – ville voisine de Boston séparée par la Charles River.

Pas une semaine ne passe sans que l’on trouve dans la presse : « des chercheurs du MIT ont découvert que… » et je comprends maintenant pourquoi ! L’activité de recherche occupe une place majeure à l’université et dans la ville de Cambridge en général. Un écosystème de recherche unique où se sont installés les plus grands laboratoires en hautes technologies, biologie et sciences fondamentales.

On y trouve ainsi les laboratoires de R&D de grandes firmes pharmaceutiques et technologiques (parmi eux Novartis, Google, Microsoft, etc.) Le campus est gigantesque et complètement intégré à la ville de Cambridge. L’université possède d’ailleurs une grande partie des bâtiments de celle-ci et passer d’un Lab à l’autre c’est sortir dans la rue pour entrer dans un nouveau building. Ce qui est plutôt sympa.

De mon côté j’opère au sein du Media Lab, un grand laboratoire futuriste où des tonnes de projets autour du design, de l’art, du multimédia et de la technologie s’y trament. Je m’y suis un peu aventuré cette semaine et j’ai bon espoir d’y faire des découvertes croustillantes. J’ai par exemple pu échanger avec des chercheurs qui travaillent sur l’opéra du futur et l’avenir de la musique, de sa production à sa consommation, rien que ça ! Pour les plus curieux le lab se nomme Hyperinstruments.

J’ai la chance d’avoir, grâce à des projets passés en collaboration avec le MIT, des contacts et amis sur le campus. Pour me mettre dans le bain mon amie Elizabeth a trouvé judicieux que l’on court le lendemain de mon arrivée le MIT Iron Nerd Triathlon. Tout est dans le nom. J’ai ainsi pu nager, pédaler puis courir pour découvrir le campus ! Une super expérience. Photos à venir !

Entrepreneur avec un grand intérêt pour l’innovation je me suis aussi inscrit à des cours, dont un que j’ai commencé cette semaine et qui me plaît beaucoup : Entrepreneurship and Innovation: Legal Tools and Frameworks. Le cours est dispensé à MIT Sloan par le grand John Akula. Un cours comme je n’en ai jamais eu en France. Chaque semaine, une étape dans la création d’une start-up est traitée avec des invités. Cette semaine le cours était animé par 3 trois banquiers de chez Morgan Lewis. Le pitch est le suivant : lors des classes précédentes ils ont créé une start-up technologique fictive sur une invention qui pour eux allait révolutionner la manière dont les voitures électriques allaient pouvoir recharger leurs batteries. Nous en étions à une étape cruciale : celle du financement (Financing the Venture).

A ma grande surprise le cours était en fait une pièce de théâtre où les 3 banquiers jouaient chacun un rôle. Nous avions donc l’entrepreneur, l’investisseur et l’avocat qui représentait les droits de l’entrepreneur et qui était par la même intéressé au projet. Le cours est ainsi divisé en 4 actes où entre chaque acte a lieu un débriefing et un échange type questions/réponses avec la salle de classe. De nombreux conseils sont alors donnés sur la façon de s’y prendre avec des investisseurs, comment raisonner avec eux, les pièges à éviter, etc. Ils ont donc joué les différents aspects inhérents au financement de la start-up (valorisation, responsabilités, rounds de financement, etc.) Des négociations très riches et finement misent en scène pour le plus grand bonheur de l’audience.

Les possibilités sont ici infinies et je ne pourrai à coup sûr pas tout faire. J’ai déjà un début de planning des immanquables, conseillés par de fins connaisseurs du campus, vous ne serez pas déçus ! Je termine ce premier billet quelques heures après la première victoire de la saison pour la MIT French soccer team dont je fais maintenant partie, 4-1 contre les post-doc haha ! Et demain c’est Quidditch ! Stay Tuned 😉

 

Mathias est étudiant à GEM en Programme Grande Ecole. Chef d’entreprise depuis l’année 2015, il a créé la société Opopoï afin de valoriser et diffuser des méthodes d’innovation issues de recherches académiques, avec pour motivation première celle de permettre à des individus aux niveaux d’expertises variables (étudiants, consultants, experts, etc.) de participer au processus d’innovation. Il conçoit et anime auprès de différentes organisations des séminaires d’innovation par le jeu. Son expertise sur les jeux sérieux l’ont notamment amené à collaborer avec l’IRT Nanoelec, le MIT ou encore l’ONU.

Retrouvez le sur  Linked in & Twitter @mat_sln

 

 

Copyright © 2016 Silex ID, All rights reserved.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID