Newsletter Silex ID – Paris Fintech Forum 2018
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 

Salut les cro-magnons !

Cette semaine, direction le Palais Brongniart pour un des événements les plus sérieux qu’on aura couvert en tant qu’event reporter : le Paris Fintech Forum ! Au programme : des grands patrons (Frédéric Oudéa de la Société Générale, Stéphane Richard d’Orange…), du politique (Bruno Le Maire), et des crypto enthusiasts : attention, ça détonne ! Virya y était pour vous!

Pour cette troisième édition, le Paris Fintech Forum a vu les choses en grand : 2 jours de conférences, intégralement en anglais,où on a parlé de thèmes très variés comme la régulation, la blockchain, ou encore l’intelligence artificielle –  aussi bien avec des start-up que des grands groupes. Cette promiscuité peut étonner, mais la réalité est bien là : les jeunes entreprises de la fintech bougent vite, et les bonnes vieilles banques sont prêtes à prendre le rythme. Et la banque telle qu’on la connaissait va bel et bien disparaître …

Alors, qu’est-ce qui nous attend dans la banque du futur ? 

[Neobanks] Qui veut tuer les banques à papa ?

Sur les stands ou sur scène, on ne compte plus les néo-banques (comprendre : les banques 100% digitales, indépendantes d’acteurs traditionnels) : N26, Revolut, TenX, Tandem … Elles se différencient par les coûts (bien sûr), mais surtout par l’expérience utilisateur : tout doit pouvoir se faire en 4 clics, les interactions avec un conseiller ont disparu au profit d’un coaching budgétaire boosté à l’IA, et on offre des cartes bancaires capables de gérer des paiements en cryptomonnaie ou multi-devises. Et pour une fois, la règlementation est plutôt du côté de ces nouveaux acteurs : de nouvelles normes (PSD2) contraignent les banques à partager leurs données aux autres banques, avec le consentement de l’usager – dans le jargon, on appelle ça de l’Open Banking. Concrètement, cela pourrait par exemple accélérer les ouvertures de compte, les demandes de crédit, ou les systèmes de paiement. Avec une entrée en vigueur début 2018, on devrait voir de nouveaux services naître dans les années à venir.

[Inclusion] Et les pays en développement dans tout ça ?

La population non bancarisée représente un important marché dans les pays en développement. Pour répondre à leurs besoins de financement, des jeunes entreprises tentent d’exploiter le big data pour évaluer la solvabilité des demandeurs. Par exemple, Tala ne se base que sur les données contenues sur le téléphone portable d’un candidat pour lui accorder un crédit, instantanément (pour en savoir plus, rendez-vous dans la rubrique « Who’s that girl? » en bas) . Sur un autre segment, Prodigy Finance octroie des crédits étudiants pour les élèves internationaux, qui étaient généralement discriminés à cause de l’absence de caution viable ou de traçabilité : grâce à du crowdlending et à de nouveaux algorithmes, la start-up leur permet d’accéder aux études supérieures. Ces différents acteurs, qui utilisent des données inusuelles, ne veulent cependant pas être des « boîtes noires » : ils ont conscience que certaines données peuvent être injustement interprétées, et un de leurs défis ces prochaines années sera de rendre leurs critères compréhensibles.

[Blockchain] La réponse à tout ?

Évidemment, blockchain et cryptomonnaies ont été abordées sous des angles différents durant ces deux jours. Le sujet intrigue et passionne, si on en croit les salles de conférences pleines à craquer ! Les cryptomonnaies n’ont été que vite survolées – encore trop instables pour les acteurs traditionnels, mais on a fait la part belle à la blockchain. Pour la Banque de France (itself!), le protocole pourrait être appliqué entre les banques très rapidement, notamment pour l’authentification et les transferts – les régulateurs étant maintenant beaucoup plus agiles sur les nouvelles technologies. La gestion de patrimoine pourrait d’ailleurs être le secteur le moins difficile à faire fonctionner sur de la blockchain, et à être rendu accessible aux plus petits portefeuilles. Le défi reste de trouver une architecture capable de gérer de plus grands volumes, à un prix moindre : certains experts tablent sur un horizon à 12-18 mois pour que les choses évoluent. 

Le salon le plus sérieux de la tech est aussi celui où on mange le mieux : saumon fumé, mini burger de foie gras, risotto aux champignons, champagne… ça change !

Shivani Siroya
La fondatrice de Tala révolutionne les crédits dans les pays en développement : déjà au Kenya et aux Philippines, l’entreprise revendique 1 million d’usagers et 70% de taux d’approbation. Le principe est simple : à partir d’une application Android, le demandeur peut en quelques minutes connaître le montant qu’on lui accorde, après analyse des données de son téléphone : géolocalisation, diversité de contacts, dépenses… Sa vision est d’offrir un crédit qui s’adapte aux clients : en cas d’événement de vie, il est possible de décaler son crédit, sans frais, pour rester solvable. 
Cryptocurrencies simply explained
Avant de croiser Dr Julian Hosp, fondateur de TenX (une banque qui permet de dépenser ses bitcoins ou ses ethers dans les magasins), j’avais un a priori assez négatif sur le monde des cryptomonnaies – j’imaginais des geeks cyniques et prétentieux. L’ancien kitesurfer professionnel et médecin (!!) m’a fait changer d’avis (mea culpa à tous les experts de crytomonnaies, vous êtes sympas en fait!!), et son livre est apparemment la nouvelle référence pour comprendre les mécanismes des cryptomonnaies, sans pour autant tomber dans de la vulgarisation. À tenter !
Fluo
Vous ne lisez jamais totalement en entier vos contrats d’assurance ? Vous n’arrivez pas à comparer trois offres pour faire un choix ? Vous ne vous souvenez plus des clauses lorsqu’un accident vous arrive ? Vous n’êtes pas les seuls… Fluo a donc développé une application mobile dotée d’un chatbot, pour analyser vos contrats, repérer pour vous les services à appeler en cas de pépin, ou encore optimiser les garanties de vos différents contrats d’assurance.

Le Paris Fintech Forum a mêlé pendant ces deux jours des acteurs très différents, entraînant ainsi des conversations intéressantes – soulevant des enjeux techniques, politiques, et économiques, avec une dimension internationale. À la fin des deux jours, on sature parfois des discussions un peu trop techniques, mais on en sort plutôt rassuré : le monde bancaire est en train de changer, et plutôt au profit des usagers. 

Coming next!

Copyright © Silex ID, All rights reserved.

Tu ne nous aimes plus ? :'(
Tu peux mettre à jour tes préférences ou te désinscrire de cette liste

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline