Newsletter Silex ID – Poptech 2017
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Cette semaine direction le Maine aux États-Unis, dans le petit village balnéaire de Camden, pour Poptech, un événement confidentiel, pointu et hétéroclite sur la tech et les grandes évolutions de nos sociétés. Compte rendu avec Matthieu, let’s go !

Bienvenue à Poptech ! Après deux avions, une voiture, j’arrive à Camden avec Alain et Ludovic, deux copains d’Octo Technology qui m’ont fait la promotion de cette conférence (et dont plusieurs speakers m’avaient également vanté la qualité). La force de cet événement réside dans l’état d’esprit entre les participants certainement insufflé par les diverses animations organisées après les sessions de talk (chasse au trésor, karaoké, mini concert, projo de films…) et par la taille de ce petit village de Camden (on est sûr de croiser là un speaker, là un participant…). Pour cette 21ème édition dans l’Opéra de Camden, Poptech qui aime à se penser comme une famille, est présentée par Moran Cerf (ce spécialiste du neuroscience que l’on avait vu à l’USI). Il alterne animation originale (bullshit bingo, sélection d’une co-host dans l’audience, proposition de se faire réveiller par lui-même pour les fêtards…) et humour (il fait, tous les matins, un compte rendu corrosif de la veille en s’amusant de tel tic de langage, de telle incohérence, de telle photo…). Alors c’est parti, « Instigate » !

Oui, c’est une télé. Ou plusieurs télés collées on dirait.

CE QU’IL FAUT RETENIR

De ces deux jours et demi de conférence, voici les 3 tendances qui m’ont le plus marqué :

  • Global village. C’est cette ambivalence entre la technologie globale occidentale-centrée et la diversités des identités et cultures locales que Ramesh Srinivasan, professeur à l’université d’UCLA, développe dans son livre Whose Global Village? Rethinking How Technology Shapes Our World. Pendant son talk, il nous a présenté une vision acerbe du digital au niveau mondial. Il explique avec plusieurs exemples chocs que le digital nous impose une orientation, car finalement nos biais et notre centrisme sont codés dans les algorithmes. Par exemple, si je cherche des infos sur le Cameroun, ce sont des pages Wikipédia, de médias français et américains, toutes écrites en anglais ou français qui vont sortir en premier et non des pages locales camerounaises. À l’inverse, il raconte qu’au Mexique, une tribu a construit son propre réseau téléphonique (moins cher et plus adéquat). Il nous invite à re-concevoir les réseaux sociaux, moteurs de recherche et autres technologies pour mieux représenter la diversité des cultures du monde.
  • Behaviour Economy. Voici une discipline des sciences sociales et économiques que vous devriez regarder de plus près. Cette approche vise à décrire et expliquer pourquoi, dans certaines situations, les êtres humains adoptent un comportement qui peut sembler paradoxal ou non-rationnel à la théorie économique classique. À Poptech, Dan Ariely, professeur de psychologie et d’économie comportementale à l’université de Duke, nous a présenté les résultats de plusieurs de ses études que vous retrouvez notamment dans son livre. Par exemple, dans une expérience menée au Kenya, il apparaît que les gens épargnent plus (deux fois plus), non pas avec des incitations de performance sur leur économie mais quand l’épargne est symbolisée, ici, avec une pièce en bois. Ariely, très pédagogue et drôle mixe anecdotes personnelles et retours d’expérience très documentés. Dans ce prolongement, Michael Norton nous raconte que grâce au rituel, les gens sont plus proches et deviennent plus efficaces. Les rituels de deuil permettent de mieux accepter un décès, les rituels de bureau de mieux fédérer une équipe, les rituels de consommation de créer l’engagement… Cette nouvelle discipline devrait vous aider à mieux designer et maîtriser les produits ou solutions en en comprenant les interactions et dépendances.
  • Citizen Science, le fait de permettre à tout citoyen d’explorer la découverte scientifique. Deux initiatives ont été mises à l’honneur à Poptech. Le Biobus (soutenu par la communauté Poptech) piloté par Ben Dubin-Thaler est tout simplement un bus transformé avec tout un ensemble d’équipements scientifiques et de microscopes qui va d’école en école pour faire découvrir des expériences scientifiques, montrer que la science peut être cool (surtout quand on zoome avec un microscope sur des organismes vivants) et ainsi tenter de faire naître des vocations. Le Biobus a accueilli 200.000 élèves au cours des neuf dernières années. Dans le même sens, Komal Dadlani nous fait l’éloge du learning by doing. Elle constate un manque de chercheurs dans les pays en développement et que les téléphones sont des dispositifs bardés de capteurs. Elle a donc développé Lab4u, un ensemble d’applications pour téléphones permettant faire des expériences : mesurer des déplacements, la concentration de couleurs (en utilisant l’appareil photo)… Power to the people !!

Focus Déj

Pour le déjeuner, nous sommes invités en sous-groupes dans les différents restaurants du village. Une bonne occasion de networker autour d’un homard, le plat régional. « Mieux serait insupportable » constate Alain. J’ai toujours dans la tête la performance musicale, Beats per revolution, de Martha Mooke et Rahzel qui nous ont expliqué que quand on veut rendre quelque chose meilleur, notre révolution est en marche.

TAKE AWAY

WHO’S THAT GUY ?

Cal Fussman

Cal Fussman est journaliste mais surtout un storyteller de talent. Seul sur scène, il nous raconte deux interviews mythiques qu’il a faites : Mohamed Ali et Gorbatchev. Avec une gouaille new-yorkaise (avec son chapeau et sa chemise des années 70, on se croyait dans un film de Scorsese), il nous détaille les principes d’une bonne conversation. Et une bonne discussion commence toujours avec une question qui va droit au cœur. Je ne vais pas spoiler ses histoires, regardez-le sur le web. En conclusion, sa conviction est que si nous changeons nos questions, nous changerons nos vies. Changez vos questions, vous vous connecterez mieux !

START (ME) UP !
iNaturalist

Toujours dans la mouvance du Citizen Science, voici une application super intéressante qui permet de prendre en photo un animal ou une plante et d’en demander le nom. C’est en quelque sorte le Shazam de la nature (lol). iNaturalist s’appuie sur une intelligence artificielle qui va comparer la photo prise avec une base de données et la soumettre à une communauté d’experts. Depuis son lancement, 550 mille utilisateurs ont fait 6,4 millions d’observations de 126 mille espèces différentes.

DISRUPT THE CULTURE
You’re More Powerful than You Think

Eric Liu est le fondateur de la Citizen University qui apprend l’art d’une citoyenneté efficace. Dans son intervention à Poptech, il décortique plusieurs expressions qui nous endorment (« ce n’est pas le bon moment », « tu devrais être reconnaissant »…) qui sont en réalité une stratégie pour normaliser : ce sont des tics de langage d’abus de position dominante. Eric Liu nous donne les clés pour les détecter et les combattre. Citizen power !

En conclusion, Poptech est à la fois une conférence et une expérience, drôle, inspirante et éducative… Un événement très américain qui renvoie une image d’un pays en douleur, coincé dans des paradoxes, qui cherche à adhérer à un nouvel American Dream, loin de Trump, des fusillades, des supers grandes entreprises profitables sans préoccupations sociales… Dans le paysage de plus en plus chargé et complexe des événements tech et innovation, Poptech, avec un véritable ADN, trouve une place originale. Alors, le rendez-vous est pris, nous serons là l’année prochaine !

Matthieu Vetter
Event Reporter pour Silex ID
CEO Silex ID
CEO Espadon Finance

COMING NEXT

Copyright © Silex ID, All rights reserved.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline