Newsletter Silex ID – SIGGRAPH 2018
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Salut les cro-magnons !

La crainte quand on déboule sur un salon historique tel que le SIGGRAPH – dont la première édition remonte à 1974 – c’est de ne croiser que des dinosaures de l’innovation. Erreur fatale : l’événement met les pleins phares chaque année depuis plus de 40 ans sur ce que l’univers de l’animation, des effets spéciaux et des technologies interactives fait de meilleur et de plus « waouh » à montrer. Le cru 2018 a d’ailleurs animé Benjamin présent sur place à Vancouver du 12 au 16 août : récit.

Se rendre au SIGGRAPH, c’est lever le voile sur les coulisses de la production des images qui nous ont marqué dans les derniers mois. Vous voulez savoir quelle technologie se cache derrière les effets spéciaux de la dernière pub de Canal+ ? Quelle solution a utilisé Pixar pour les cheveux des personnages des Indestructibles 2 ? Quels effets visuels opèrent derrière la bataille navale de GOT saison 7 ? Avec ses 160 boîtes exposantes, ses 700 papiers scientifiques, cours, conférences et démos de projets de recherche, et ses 16 500 professionnels, chercheurs, étudiants et curieux venus d’environ 90 pays, le SIGGRAPH a toutes les réponses à vous apporter.

Tous les secteurs liés à l’informatique connaissent des cycles, celui de l’image et de l’animation ne déroge pas à la règle : nouveaux entrants, nouveau enjeux et nouvelles techniques se font jour à chaque édition du SIGGRAPH, suivez le guide !

[WORK IT HARDER…] Facebook and co VS Pixar et consort

Qui voudrait connaître les évolutions successives de l’industrie de l’animation n’aurait qu’à retracer l’histoire du SIGGRAPH. Du haut de ses 45 ans, le salon a vu le secteur évoluer, il l’a vu opérer sa mue. Depuis quelques années, les géants de l’animation tels que Pixar ou Dreamworks qui avaient dominé la zone de démo de l’événement pendant des décennies ne brillent plus que par leur absence. À leur place, Facebook, Google et Amazon ont pris leurs quartiers. En cause, l’émergence rapide de l’AR et de la VR qui a entraîné une véritable mutation du secteur : les géants de la tech ont intégré ces technologies dans leurs offres de service. Amazon offre stockage et moteur de jeu, Facebook sa solution VR, Google son offre AR…

[MAKE IT BETTER…] Les effets spéciaux en différé VS en temps réel

Et si les acteurs bougent vite, les technologies évoluent, elles, à la vitesse de la lumière. La preuve lors de l’un des temps forts du salon, le Real Time Live, qui offre chaque année un panorama des derniers projets temps-réel. L’occasion d’attester un véritable saut technologique dans la production des effets spéciaux et une redéfinition complète des métiers du secteur. Celui qui opérait auparavant de manière abstraite à coup de lignes de commandes pour un résultat en différé peut maintenant, grâce à la VR et au temps réel, placer ses caméras et ses lumières, diriger ses acteurs sur un plateau fictif comme s’il y était réellement, et visualiser la scène (presque) comme un produit fini, en temps réel !

[DO IT FASTER…] L’ultra-HD ultra-rapide VS la low def à low vitesse

Au SIGGRAPH, la recherche est reine et les annonces de prouesses technologiques de rupture sont légion. Et si la plus marquante de cette année est peut-être la plus pointue et la moins intelligible du grand public (on vous épargnera les définitions du raytracing et de la rasterization), elle promet de révolutionner les usages de tous les foyers. Cette prouesse, décrite comme « la plus grande avancée en matière de calcul graphique depuis plus d’une décennie », est l’annonce par Nvidia d’une nouvelle génération de cartes graphiques – grand public et pro- offrant des rendus à la fois plus qualitatifs et beaucoup moins gourmands en calcul, en partie grâce à l’IA. Concrètement, des jeux vidéos plus rapides sur des appareils plus légers, des vfx toujours plus fous, l’optimisation des vieilles images… Surtout ils ouvrent la voie vers un nouveau ratio : finie la course à la puissance, maintenant on fait mieux avec moins ! La victoire de l’intelligence contre les gros muscles ?
… Make us stronger!

Quand le SIGGRAPH pose ses valises à Vancouver, le salon s’installe au coeur de la ville et de son offre food. Alors non seulement on ne risque jamais de mourir de faim sur le salon, mais on peut même s’envoyer un fish and chips au bord de l’eau juste à côté du Convention Center en regardant les hydravions décoller. Pour ceux qui ne voudraient pas mettre le nez dehors, le SIGGRAPH offre, en plus de son offre de snack payante, des goûters de (grands) enfants à haute dose en sucre et en fat. Sans parler des stands des grandes boîtes qui jouent les apprentis barmen en rinçant les visiteurs à coup de pinte d’IPA et de pop corn. Yummy!

La photogrammétrie by Meshroom

Quand on parle de dupliquer numériquement le réel, comment ne pas évoquer la photogrammétrie ? Cette technologie permet de scanner non seulement la géométrie d’un objet physique mais aussi d’en saisir la texture. Si la technique existe depuis longtemps, elle vient d’être rendue particulièrement accessible par Mikros Images, qui l’a ouverte au public à l’occasion du SIGGRAPH, en lançant un logiciel gratuit open source sous le nom de Meshroom. Bien que principalement utilisée dans la cartographie ou la sauvegarde du patrimoine, c’est une solution qui promet également de révolutionner des secteurs aussi variés que l’archéologie ou les effets spéciaux.

 Cory Strassburger

Whooo’s that (baby) boooy? Lui, c’est le co-fondateur de Kite & Lightning, et il a reçu le prix du meilleur projet temps réel lors du Real Time Live. Derrière ce succès, la présentation d’un dispositif de capture de mouvement minimaliste constitué d’un casque + un bras articulé + quelques capteurs + un iPhone X. L’outil est léger et simple – moins complet que le système de mocap (motion capture) faciale d’une boîte comme Dynamixyz – mais la démo a fait son effet. Un dispositif qui prend place dans l’héritage d’ObamaFake et qui rend un peu plus accessible la création de son double numérique.

24

C’est le nombre d’entreprises qui a bravé le décalage horaire et les 9h d’avion pour rejoindre Vancouver depuis la France. Car oui, les frenchies sont historiquement très présents sur le salon, avec de belles boîtes bien installées (Allegorithmic, Isotropix, …) et un pavillon accueillant les meilleures pépites de l’hexagone dans le domaine. Il faut dire qu’en France – le saviez-vous ? – les industries culturelles et créatives représentent 4 fois celles de l’automobile !

On lit souvent que les grands salons mondiaux de la tech ne sont que des foires aux gadgets. Ou que leurs scènes accueillent sempiternellement les mêmes speakers, comme si le modèle du grand raout tech se vidait de son sens en même temps qu’il s’uniformisait aux quatre coins de la planète. Au SIGGRAPH, rien de tout ça. Les projets en démos sont uniques, et toute une partie du salon – dans l’Experience Hall – est consacrée à des prototypes qui n’ont parfois jamais vu le jour. Sur scène, on accueille la crème de la crème de l’animation et des effets spéciaux, mais aussi des chercheurs invités à pitcher leur papier scientifique en 140 secondes, lors des très attendus « Technical Papers Fast Forward ». C’est presque comme si du haut de ses 45 printemps, l’événement avait déjà trouvé sa recette de grand-mère pour ne jamais se démoder, et nous faire année après année, un effet toujours aussi spécial.

Coming next!

DLD Conference Logo

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline