Newsletter Silex ID – Slush 2018
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Salut les cro-magnons !

En anglais, « slush » signifie « neige fondue ». Sûrement une allusion à la névasse givrée qui tombait du ciel les 4 et 5 décembre derniers pour l’édition helsinkienne de Slush 2018. Bref, un temps à passer le sien dans un hangar, et ça tombe bien, le Convention Center d’Helsinki ne laisse pas passer la lumière du jour. Millie a passé 2 jours dans la chambre d’ado des start-ups européennes avec au programme : lumières néon, crises de croissance, argent de poche, doutes existentiels… mais aussi l’âge de raison. Elle vous raconte !

L’événement a le chic d’un Kikk, le business d’un TechCrunch et l’envergure d’un CES. Le meilleur de tous les mondes ? Malheureusement, le salon est surtout la sempiternelle répétition des marottes de ses deux publics phares – les startuppers et les investisseurs. Vous êtes sceptiques ? Demandez le programme : “The crucial part of your growth strategy”, “Surfing Big Market Waves”, “Be Smart and Scale substainaly”, “Four lessons learned from failure”, “How to scale your product to 140 countries in 5 years”… ! Qu’à cela ne tienne, j’ai enfilé mon casque anti-bullshit à la recherche des grandes tendances de fond et à l’affût de ce qui – à part la neige fondue – faisait la fraîcheur de l’édition 2018. Go !

Qui va piano va sano. Et si je vous disais que le monde de la tech va decrescendo ? Attention, pas de décroissance à l’horizon – vous avez vu le programme – mais la partition orchestrée par les investisseurs et influents VIP semble donner un tempo plus raisonnable à au moins trois pans du secteur. Et quand ce sont les futurs géants du milieu qui donnent le « la », on peut espérer que les actions auront de la portée.

[MOINS OMNISCIENT] Privacy by design 

« Prenez votre smartphone, ouvrez une conversation, n’importe laquelle, allez-y…. Voilà maintenant donnez-le à votre voisin ». Sur la grande scène, Rand Hindi, fondateur de la start-up française Snips, donne le ton. Dans la salle, les slusheurs jouent le jeu, à la fois crispés de savoir leur vie observée et gênés de plonger leur regard dans l’intimité de leur voisin. Bulle de filtre, disparition de la vie privée… Rand Hindi insiste sur les dérives de la collecte de données. Jusqu’ici, rien de neuf sous le soleil, sauf peut-être que le discours résonne (enfin) dans les oreilles de centaines de développeurs, founders et investisseurs… C’est-à-dire non pas auprès de ceux qui subissent l’expérience indiscrète, mais de ceux qui la désignent et l’inventent ainsi. Rand Hindi ouvre aussi une porte de sortie en mentionnant la fin du profilage, la collecte optionnelle des données, et le « chiffrement homomorphe », c’est-à-dire un moyen de manipuler des données chiffrées sans avoir à les déchiffrer. À suivre !

[MOINS ÉNERGIVORE] Frugality by design 

Qui dit moins de données dit moins à stocker ? En théorie on pourrait le croire, sauf que l’on n’en est pas encore là, et qu’en attendant, il faut s’attaquer au stockage. Aujourd’hui, qu’est-ce qu’un ordinateur sans le cloud ? Chaque seconde, ce ne sont pas moins de 230Tb qui y sont envoyés. « Ce sont les serveurs qui font tenir le monde moderne » explique Alexandra Wright-Gladstein. Sauf que les data centers consomment déjà autant de C02 que l’industrie aérienne, et que d’ici quelques années, ils engloutiront à eux seuls 1/5 de l’énergie mondiale. C’est là que l’innovation entre en piste pour réparer ses propres travers. « En remplaçant l’électricité par la lumière, on peut limiter le cloud à 1/10 de l’énergie mondiale ». C’est toute l’idée d’Ayar Labs, qui remplace l’électricité par de la lumière pour déplacer plus rapidement des données entre les microprocesseurs. C’est un peu comme si la start-up du MIT invitait une fibre optique dans une carte mère, une première du côté des processeurs et des serveurs. Grâce à ce système, l’économie d’énergie requise pourrait décroître de 50%, tout en proposant une bande passante 10 fois plus puissante. Et la lumière fut.

[MOINS ÉGOÏSTE] Ethics by design 

Mais il en faut du monde pour opérer tous ces changements. Et les talents sont rares. Ou peut-être qu’ils ne le sont pas tant que ça, mais qu’on ne sait pas / veut pas chercher ? Cette année, 93% du capital investi dans les entreprises européennes a été attribué à des équipes composées uniquement d’hommes, ce qui implique forcément des biais dans la conception des produits et services en théorie pensés pour toutes et tous. Contre cette apparente pénurie de développeurs, et pour éviter les dérives du microcosme de la Silicon Valley, des entreprises comme Andela aident d’autres entreprises à recruter des talents plus divers, notamment en Afrique. Margrethe Vestager, Commissaire européen à la Concurrence, a, quant à elle, fait le déplacement jusqu’à Slush pour parler « Fairness & Tech ». Mieux, côté investisseurs, on réalise le poids du rôle de financeur et on prend ses responsabilités en misant son succès sur la diversité des profils et la parité homme-femme. On réalise également que la réussite d’une boîte est intrinsèquement liée à la variété des profils qu’elle mobilise. Nijlas Zennstrôme, CEO de l’entreprise d’investissement Atomico et co-fondateur de Skype explique : « Être une boîte inclusive et durable est un critère pour réussir. Les chiffres ont parlé ». Si même les « gros sous » le disent…

Pour l’escale technique, il y a l’embarras du choix dans la grande halle à manger qui fait office d’espace de restauration. Après 30 bonnes minutes de file d’attente, on part manger un bol bien fourni sur l’une des tables communes, avant de partir digérer sur l’une des balançoires de l’espace Oasis ou bien au chaud du côté du village Sauna.

Banyan Nation

En Inde, le recyclage est un enjeu de taille. Grâce à la technologie propriétaire de Banyan Nation, les déchets plastiques sont trackés puis collectés pour subir un lavage de haute qualité qui en ôte tous les métaux, liquides, encres, colles, etc. Le plastique est ensuite re-transformé en granulés de plastique… et remis en circulation, comme neuf. La start-up nettoie et recycle ainsi plus de 1,200 tonnes de plastique par an. Elle a été primée aux Circulars Awards du World Economic Forum de Davos, travaille avec L’Oréal et a déjà signé un protocole d’entente avec le gouvernement du Telangana.

Sofie Allert

À 27 ans, Sofie Allert est la fondatrice de la start-up Swedish Algae Factory, qui révolutionne les biotech avec l’aide de la diatomée, une micro-algue capable de piéger et transporter la lumière et les nutriments tout en bloquant les rayons nocifs et en survivant dans un environnement sombre. En extrayant de ces algues un matériau nanoporeux, la start-up promet déjà, entre autres, de révolutionner le secteur du solaire.

Diversity & Inclusion in Tech

Comme chaque année, Slush est l’occasion pour Atomico de publier son rapport annuel « The State of European Tech ». Sauf que cette année, un second cahier vient accompagner la publication. Son nom : Diversity & Inclusion in Tech. A Practical Guide for Entrepreneurs. À l’intérieur, un état des lieux complet, des chiffres, des bonnes pratiques, des case studies et plusieurs pages d’outils et de ressources pour les entrepreneurs, vous l’aurez compris.

À Slush, si les débats semblent toujours les mêmes, le micro des speakers est altéré par un nouveau bruit de fond. Un peu comme si la petite voix des tech for good commençait enfin à se faire entendre. Certes, comme le dit Nijlas Zennstrôme, il est difficile d’inverser la vapeur de Facebook ou d’obliger Google à rétropédaler. Mais alors que fait-on quand un fruit est pourri ? On plante de nouvelles graines. Dans cette situation, infusons-donc dans les jeunes pousses la fibre de la conscience sociale et environnementale. Si les valeurs germent en même temps que la start-up – by design – alors c’est gagné. Comme quoi, il en fleurit quand même des belles choses, dans la neige fondue.

Sur cette note glacée, nous allons vous souhaiter de très bonnes fêtes pour mieux vous retrouver le vendredi 4 janvier 2019 ! À l’année prochaine les cro-magnons (l’incontournable blague de fin d’année…) !

Coming next!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline