Newsletter Silex ID – Web2day 2018
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 

Salut les cro-magnons !

Pour sa dixième édition, le Web2Day qui se tenait à Nantes comme chaque année avait la pression avec une étiquette d’événement désormais incontournable le French Tech bien collée sur le dos. Nous y passerons un peu de temps en compagnie de Jeff !

Ils étaient 200 visiteurs en 2009, nous étions 16 000 cette année à nous regrouper sous les 3500 m² des nefs de l’île de Nantes. Au menu : 200 conférences tournées autour de 5 thèmes : start-up, marketing, design, médias et technologie, et plus de 270 speakers avec le gratin de la French Tech (Frédéric Mazella, Kat Borlongan, Mounir Mahjoubi, Axelle Lemaire…). Petit florilège rien que pour vous.

Voici donc un petit résumé de ce que j’ai vu.

[French Tech Mission] French Tech 2, priorité au scale-up.

Moins d’un mois après sa nomination officielle, Kat Borlongan était assez attendue pour l’une de ses premières sorties médiatiques et l’exposition des grandes lignes stratégiques de la French Tech version 2. Elle part d’un constat cinglant : si la French Tech a favorisé la création de plus de 10 000 start-up sur les 5 dernières années, seules 1% des jeunes pousses en état d’amorçage est parvenu à l’état de scale up (contre… 14% aux États-Unis). L’objectif affiché est donc d’accompagner davantage de pépites françaises vers les phases avancées de levées de fonds (séries B et C) et l’ouverture à l’international. Avec un focus assumé sur l’IA et la deep tech. Comment y parvenir ? Fluidifier les procédures administratives, promouvoir la diversité, systématiser l’anglais, retenir les talents et attirer les hauts potentiels étrangers sur des postes business clés où la France affiche des carences de formation (VP Web Marketing et Product Owner pour ne citer qu’eux). Bref, beaucoup de bruit pour rien, des orientations ambitieuses mais malheureusement peu de billes concrètes sur un embryon de plan d’actions et des modalités pratiques de mise en place.

[Personal Data] Et si je vous disais que vous valiez 400$ ?

Vous connaissez Oli Frost ? Un respectable citoyen américain qui a récupéré les données personnelles de son compte Facebook et les a mises aux enchères sur Ebay pour 0,99 $. Prix de vente final : 410 $. Pas mal, sauf que Facebook, étant propriétaire des données déposées sur son réseau, a dénoncé la transaction, invoquant son illégalité. L’enseignement ? Nos données personnelles ont de la valeur mais ne nous appartiennent pas. Un enjeu de taille quand on sait que le marché de la donnée devrait représenter d’ici à 2020 et rien qu’en Europe plus de 1 000 milliards de dollars, soit 8% du PIB du continent ! Et en l’état, le producteur de cette mine d’or (nous) n’en capte pas la moindre partie. Une hérésie selon Gaspard Koenig ! La solution selon lui : l’institution du droit à la propriété privée des données personnelles pour permettre à chacun d’en tirer profit. Quelques pistes côté mise en application : une taxe prélevée aux entreprises concernées puis redistribuée aux citoyens par l’État (#socialisme), ou le regroupement d’utilisateurs en syndicats qui négocieraient une rétrocession d’un pourcentage de la valeur de ces données avec les GAFA (#narcosyndicalisme). Ou encore un rapport contractuel entre chaque citoyen et les agrégateurs en fonction du type de données : géolocalisation, santé, nutrition…(#libéralisme). Faites vos jeux !

[Drones] A world of drones.

Si on vous dit « drones » vous nous dites ? Sans doute Kévin, votre pote geek qui vous gonfle avec ses reportages photos pendant les week-ends entre copains ou peut-être votre oncle gadgetophile Michel qui s’improvise photographe pour le mariage de votre nièce. Et bien sachez que leur usage va désormais bien plus loin. Côté divertissement, les drones de spectacle pesant plus de 10 kg et pilotés à distance par ordinateurs assurent désormais des spectacles de sons et lumières en autonomie totale dans les plus grands parcs d’attraction (Disney, Futuroscope, Puy du Fou, CES 2018). Au-delà de la surveillance de sites stratégiques, des industriels utilisent désormais les drones pour assurer des opérations de maintenance dans des environnements dangereux (centrales nucléaires, plateformes pétrolières…) ou peu accessibles (viaducs, barrages, réseaux ferrés…), optimisent l’exploitation de minerais grâce à la prise et l’analyse de relevés topographiques en 3D. L’agriculture de précision est depuis peu un secteur adepte avec des engins autoportés désormais capables de calculer les doses d’intrants, de suivre la production de biomasse ou de détecter des maladies foliaires ! Gadget vous avez dit ?


Beaucoup de promesses autour du « burger truck gourmet » que l’on m’a présenté comme la rolls du genre. Un peu déçu (photo à l’appui). Et clairement un cran en dessous de la vraie star du W2D, j’ai nommé la bière triple nantaise TNT qui envoie quand même un poil plus et qu’on croisait sur l’event à chaque coin de stand. On est quand même en Bretagne…

1700

C’est le nombre de « terms and conditions » qu’un américain signe en moyenne sur Internet tous les ans. À raison d’une bonne journée de 10 h de lecture, il lui faudrait consacrer 77 jours dans l’année pour les lire intégralement avant de les accepter.

Frédéric Vezon – Pour un coming out des neuro atypiques !

Interview passionnante de ce serial entrepreneur pour qui les capacités cognitives hors norme des neuro atypiques peuvent révolutionner l’innovation. Son cabinet Aspertise n’emploie que des profils atypiques. Il met à disposition la mémoire des autistes, le perfectionnisme ou la créativité des asperger, les capacités d’analyse des HQI, l’intelligence visuelle des dyslexiques au service de projets de résolution de langages codés (police anglaise), de reconnaissance d’imagerie avancée (DGSE), d’analyse de data (armée israelienne) ou de projets bigdata et blockchain chez des corporates.

Le grand gagnant du global challenge Yakman

Yakman est un système de protection financière affinitaire et collaborative permettant de protéger un bien ou service grâce à une communauté là où les assurances traditionnelles pêchent. Un exemple ? Vous êtes un groupe de passionnés d’images de cuillères en porcelaine que vous traquez partout dans le monde et vous voulez assurer vos appareils photos. Rien de plus simple avec Yakman, chacun des 10 membres du groupe verse 50 euros sur Yakman. En cas de perte ou de vol d’un appareil en Thaïlande (réputée pour ses cuillères en porcelaine), la victime peut ainsi toucher €500. Le système est auto-géré : c’est un jury de trois personnes, membres du groupe qui statuera sur la validité de la demande. En fin de vie, les fonds restants sont redistribués entre les membres.

x
Côté qualité des conférences, profondeur des débats et diversité des sujets traités, le Web2Day est clairement un événement de haut niveau à ne pas rater. Peu de noms ronflants mais une préoccupation flagrante à privilégier le fond à la forme. Pas étonnant donc qu’il soit devenu un incontournable du genre.
Au rayon des (petits) regrets, on aurait aimé un peu plus de mise en scène, de speakers ou d’entrepreneurs étrangers et des start-up davantage intégrées au grand public. Un cocktail qui ferait du W2D un événement sacrément explosif.

Coming next!

Copyright © Silex ID, All rights reserved.

Tu ne nous aimes plus ? :'(
Tu peux mettre à jour tes préférences ou te désinscrire de cette liste

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline