Silex ID Newsletter – Inspirefest 2017
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail


Cette semaine, nous rejoignons des températures plus douces, sous les nuages de Dublin. Au programme : deux jours de conférences entre sciences, art, et technologie, et une line-up de speakers composée à 75% de femmes (who run the world?). Bienvenue à la troisième édition de l’Inspirefest ! Virya vous raconte tout…

L’Inspirefest a trois mots d’ordre : technologie, diversité et inclusion. À l’image du premier ministre irlandais, Léo Varadkar (issu de l’immigration et ouvertement homosexuel – une première pour le pays), qui est venu lancer l’événement, les intervenants sont de tous les horizons. Ils viennent témoigner non seulement de leurs expertises, mais aussi de leurs parcours dans le monde de la tech au milieu des « tall white males ». Résultat : des conférences à la fois intimistes et ambitieuses, et résolument rafraîchissantes !

CE QU’IL FAUT RETENIR

Certaines thématiques ont été abordées en filigrane le long de l’événement :

  • Il est nécessaire de rendre le milieu de la technologie plus divers et représentatif. 
    Et ça fait bien du bien de le dire et de le redire. Tracy Chou, ingénieure et fondatrice du Project Include, nous rappelle que si 41% des femmes quittent le milieu de la tech en moins de 10 ans (contre 17% pour les hommes), cela indique bien qu’il n’y a pas qu’un problème de candidatures : il y a surtout un problème de culture au sein des organisations. Cela a des impacts sur la productivité et la créativité des équipes – on peut garder en exemple les applications santé d’Apple qui ne s’adaptaient pas aux besoins féminins, éliminant ainsi un marché non négligeable… Alors, comment remédier à ce manque de diversité ? Au niveau de l’entreprise, on peut par exemple proposer des formations de sensibilisation sur les préjugés culturels (obligatoires chez Facebook), des programmes de mentoring, et mesurer ses propres données de recrutement pour se remettre en question, avec pour grille de lecture le Project Include. On peut également intervenir dans les écoles et universités pour valoriser les exemples  alternatifs qui font carrière dans la tech et susciter des vocations (« You can’t be what you can’t see »). Autre exemple, remarquant que les fondateurs de start-ups LGBT, non-blancs, ou féminins ne retenaient pas l’attention des VCs classiques, Arlan Hamilton a créé le fonds d’investissement Backstage Capital pour réduire, à son échelle, ces inégalités.
  •  L’Art est une discipline qui devrait être enseignée avec les sciences et l’ingénierie
    L’art et le design donnent du sens à la technologie, selon John Romero, créateur de jeux de vidéos (dont Quake). L’enseignement d’une nouvelle discipline au croisement de l’art et de l’ingénierie pourrait favoriser les vocations : les enfants qui aiment construire s’épanouiraient dans le code, ceux qui aiment dessiner pourraient faire du design 3D, et ceux qui aiment raconter des histoires sont des graines de rédacteurs de jeux… Si les talents sont répartis au sein de l’ensemble de la population, les opportunités, elles, ne le sont pas : il est important d’ouvrir le champ des possibilités à tout âge et à tout le monde. Catherine Owens, artiste et set designer pour les concerts de U2 notamment, renchérit : certaines technologies ont été développées pour des besoins purement artistiques, ce qui a permis d’expérimenter et populariser certaines pratiques (notamment dans le domaine de l’éclairage, et même de la réalité virtuelle) !
  • Comment combattre les fake news ? 
    Un échange intéressant entre Raju Narisetti, CEO de Gizmodo Media, Anne-Marie Tomchak de Mashable UK, et John Kennedy de Silicon Republic, a donné quelques pistes pour comprendre la fulgurante ascension des « fake news ». Sachez, chers lecteurs, que si vous lisez plus de 3 fois une assertion, vous serez déjà plus enclins à y croire. Aussi, la propagation d’articles mensongers se fait notamment parce que la plupart des gens ne les lisent pas **jusqu’au bout** (eh oui!). De plus, ne comptez pas sur les algorithmes pour réguler efficacement les publications, car ils ne saisissent pas bien la satire…et puis, voudrait-on que Facebook devienne notre « Ministère de la Vérité » telle une dystopie Orwellienne? De leurs côtés, les médias traditionnels doivent et peuvent regagner la confiance des lecteurs. Une piste serait par exemple d’inclure de la diversité dans leurs équipes de rédaction, pour qu’elles puissent représenter l’ensemble de la société et retrouver de la crédibilité… Et oui, la thématique de la diversité n’est jamais bien loin !

Focus Déj

Pause-déjeuner avec une lunchbox « healthy » (ça change du traditionnel burger, désolée !) devant un concours de pitch de sujets de thèse en 3 minutes : 7 étudiants se sont succédés devant un jury pour expliquer leurs thèses et leurs implications. On retiendra le vainqueur Joshua Chao qui a entièrement expliqué *en slam* ses recherches sur les cellules souches pour soigner certaines formes d’ischémie…une belle prouesse sur la forme autant que sur le fond !

TAKE AWAY

WHO’S THAT GIRL ?

Susan Elizabeth Black, PhD, OBE, #Techmums

En 1987, à l’âge de 25 ans et sans aucun diplôme dans ses bagages, Sue Black vivait avec ses 3 enfants dans un refuge pour femmes maltraitées. La suite? Des cours du soir de mathématiques, un master en informatique, un PhD, et l’Ordre du Mérite de l’empire britannique (rien que ça !) … Inspirante, combattive et positive, elle a créé #Techmums pour inciter les femmes à poursuivre des carrières dans l’informatique, grâce à des cours gratuits et des aides financières. De la passion et du girl power pour changer le monde !

START (ME) UP

Apopo, des rats pour sauver le monde !

Dans le registre « Waouhhh », j’aimerais vous présenter les rats supers héros de la  (vieille) start-up Apopo. Bart Weetjens travaille depuis le début des années 2000 à former des rats pour détecter des mines antipersonnelles enfouies sous terre. Depuis, plus de 100 000 mines ont été désactivées et plus 21 millions de m² ont été examinés en Tanzanie, au Mozambique, en Angola, et au Cambodge. Leur dernière innovation ? Adapter la méthode de formation des rats pour détecter les souches tuberculeuses chez des échantillons de patients… Cela permet de détecter plus tôt et à moindre coût les maladies dans des zones géographiques à risque. Chapeau !

WORK IN PROGRESS

Ellen T Roche : « soft robotics » pour insuffisants cardiaques

Sur la scène du Bord Gais Energy Theatre, une vidéo montre un cœur humain, enveloppé dans un tissu en silicone. Ce cœur bat. Et Ellen T Roche nous explique que s’il bat, c’est grâce à ce tissu connecté : il mesure les battements du cœur, en détecte les défaillances grâce à de l’intelligence artificielle, et donne des impulsions le cas échéants pour donner au cœur son rythme normal. Véritable prouesse technique et médicale issue des laboratoires de Harvard, la technologie est en cours de stabilisation et d’amélioration (pour les batteries notamment), afin de pouvoir imaginer une réelle mise sur le marché.

L’Inspirefest est indéniablement différent des autres événements tech d’Europe. Si les thématiques de diversité et d’inclusion sont largement mises en avant, les sujets techniques ne sont pas en reste : il y a eu de bonnes introductions aux sujets de la blockchain, l’IA, la robotique, ou les stratégies d’investissement (mais vous connaissez déjà tout si vous lisez fidèlement Silex-ID). Le festival a également été accompagné d’événements « after hours » chez quelques sponsors (Facebook, Airbnb, Accenture) : devant un concert ou de la poésie, c’est l’occasion d’échanger en toute convivialité, un mini fish’n’chips dans une main, une Guiness dans l’autre – le type d’état d’esprit qu’on aime !

COMING NEXT

Copyright © Silex ID, All rights reserved.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

eline

All stories by: eline