Newsletter Silex ID – CES 2019 Part 1
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Salut les cro-magnons !

C’est parti pour la première partie du premier salon de 2019, et pas le moindre : le Consumer Electronic Show de Las Vegas ! Paillettes, coups de bluff, et intelligence artificielle : on vous dévoile notre jeu ! Suivez Virya !

On ne présente plus le CES et ses 4 500 exposants et 182 000 visiteurs du monde entier. Réparti sur 3 centres d’exposition différents, il faut s’attendre à un véritable marathon une fois sur place : on passe du salon de l’auto au salon connecté, puis de la VR aux drones, et un grand hall, l’Eureka Park, est uniquement consacré aux startups (qui n’ont pas forcément de produits). Après plus de 60 km de pitchs sur 4 jours – avec beaucoup d’annonces mais peu de concret – voici ce qu’on avait envie de retenir de cette édition 2019. À vos baskets !

[EDGE] Edge is the new Cloud

On l’avait déjà pressenti l’année dernière, mais en 2019, c’était partout : les plus aboutis des objets connectés reposent sur du Edge computing, c’est-à-dire une capacité de calcul intégrée dans l’objet, et non dans le cloud. Intel et Baidu essaient de faciliter cet usage aux développeurs. « Comme avant ? » me direz-vous. Oui, sauf que là, les processeurs se miniaturisent tellement qu’on est capable de mettre de l’intelligence artificielle dans l’objet, puis d’envoyer dans le cloud des informations pré-traitées. Résultat : le traitement des requêtes est beaucoup plus rapide (on apporte donc un meilleur service), et l’objet devient indépendant de la qualité du réseau. Corollaire : les constructeurs peuvent faire en sorte que vos données les plus personnelles restent dans l’objet, et que des requêtes « anonymisées » soient envoyées dans le cloud. Le Edge computing est beaucoup utilisé pour la construction de la voiture autonome : ce mécanisme permet aux capteurs embarqués d’être plus réactifs et rapides, en toute circonstance. Concrètement, sous un tunnel, l’IA de votre voiture restera toujours aussi efficace que connectée à la 5G.

[INTERFACE] Le Vocal à l’échelle

Véritables stars déjà en 2018, les Amazon Alexa et les Google Assistant sont maintenant un pré-requis sur tous les stands. Oui, il faut pouvoir contrôler ses toilettes grâce à Alexa, ou lancer la cuisson de son poulet fermier avec Ok Google. Même les prises électriques sont désormais actionnables par la voix, rendant l’expérience accessible dans toutes les pièces, et ce sans « totem » visuel : l’interaction vocale devient presque une commodité ! Les challengers, dont Samsung et son Bixby, sont encore peu visibles, tandis que le T-Mall Genie d’Alibaba semble vouloir rester sur la verticale chinoise. La bataille des assistants se joue encore : les constructeurs d’objets connectés intègrent systématiquement Google Assistant et Amazon Alexa dans leur produit, laissant au consommateur le choix final. Le gagnant sera celui qui apportera le plus de valeur dans les usages transversaux du quotidien ! Google communique sur plus d’1 milliard d’équipements (téléphone Android inclu, donc chiffre à relativiser), et Alexa sur plus de 100 millions. On attend néanmoins plus d’interactivité et de fluidité dans la commande vocale pour être vraiment convaincu…

[PRIVACY] Un nouveau paradigme ?

On ne peut pas nier que 2018 a été bousculée par le RGPD et les scandales liés à la vie privée notamment chez Facebook. Du coup, certaines startups veulent se différencier en proposant des solutions privacy-by-design, où les données ne sont pas envoyées dans le cloud, mais restent en local (coucou le edge computing). C’est le cas par exemple de l‘assistant vocal Mycroft ou bien du robot-chat tout mignon Kiki de Zoetic (qui intègre un système de reconnaissance faciale embarqué dans le jouet). Un comble, même les caméras de surveillance tentent de jouer le jeu : Cherry Home, par exemple, filme votre maison, et analyse en local la nature des comportements observés (normal/anormal/paranormal…*blague*), et ne se connecte à l’extérieur que pour envoyer une alerte. Ces exemples, bien que révélateurs, restent toutefois minoritaires : la course vers les data-dollars est toujours d’actualité, car n’oublions pas que les entreprises en ont besoin pour perfectionner leurs intelligences artificielles. L’omniprésence des assistants vocaux Ok Google et Alexa sur la plupart des équipements électroniques grand public n’est d’ailleurs pas très rassurante pour notre intimité – la voix est une donnée biométrique !

L’autre star du salon, c’était les Impossible Burgers, des burgers sans viande mais qui ont la texture et le goût de la viande… Je n’ai malheureusement pas pu mettre la main dessus, du coup je me suis rabattue sur des tacos sous le soleil artificiel du Venetian. So romantic !

« What happens on your iPhone stays on your iPhone »

Apple n’expose pas au CES, mais a marqué le coup grâce à une publicité géante, habilement placée au-dessus du stand de Google, à l’entrée du Las Vegas Convention Center. Comme quoi, pour faire le buzz, un peu de peinture et un bon mot suffit.

Royole : l’écran qui se plie

C’est peut-être l’une des rares nouveautés du CES – Royole a présenté sa gamme d’écrans pliables ! Smartphone, t-shirt, ou même chapeau (!), on peut désormais y intégré un écran flexible. Petit bémol cependant : l’écran n’est pliable que sur une partie définie (au milieu par exemple), et c’est assez encombrant. Quant à l’écran sur le chapeau, on vous laisse juger de son utilité (la publicité ambulante éventuellement ?!) !

Halo : Upgrade your brain !

Il paraît que le nouveau buzzword du moment serait les neurosciences ! Pour illustrer cette nouvelle tendance, on vous présente Halo, une société américaine qui promet de vous aider à améliorer votre « mémoire musculaire ». Concrètement, avant de pratiquer un exercice (sport, musique, …), vous mettez ce casque sur la tête, et vous indiquez sur une application la partie du corps que vous souhaitez travailler (les cuisses, les mains…). Le casque vous envoie des stimulations électriques pour mettre votre cerveau dans un état « d’hyper apprentissage », et ainsi vous permettre de vous entraîner plus efficacement. On ne sait pas si ça marche vraiment, mais c’est assez unique d’observer un produit de « neuro-stimulation » grand public.

Le CES, c’est aussi beaucoup de networking ! Entre les cocktails de délégations, les sessions de pitchs, et les rencontres fortuites, on rencontre aussi des vieux copains et des anciens collègues. C’est simple, tout le monde y est (ou presque). On vous retrouve la semaine prochaine pour la suite des tendances du CES !

Coming next!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline