Newsletter Silex ID – CES 2019 Part 2
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Salut les cro-magnons !

On vous livre cette semaine la deuxième partie du débrief du Consumer Electronic Show de Las Vegas ! Entre les tests ADN pour chats et les motos à hélice, Virya tente de vous débroussailler le chemin. Vous venez ? 

Au CES, il y a 23 thématiques, réparties en « marketplace » : robotique, baby space, fitness, smart cities, réalité augmentée… l’offre est riche et foisonnante, cela rend le travail de synthèse plutôt coriace ! La semaine dernière, nous avons parlé de Edge Computing, d’interfaces vocales, et de vie privée – des tendances que l’on pouvait observer de manière transverse dans tous les espaces. Aujourd’hui, penchons-nous sur 3 thématiques qui toucheront notre quotidien de demain.

[EMOTIONS] Big Brother is watching you

La reconnaissance faciale n’est plus tellement un sujet – la Chine la pratique à grande échelle pour surveiller ses villes, et les caméras de surveillance grand public peuvent différencier un membre de la famille d’un inconnu. Au CES, on couple ces solutions à de la reconnaissance d’émotions. L’entreprise chinoise Illumintel prétend pouvoir déduire le rythme cardiaque d’un individu à partir d’une séquence vidéo de qualité moyenne : ils travailleraient sur des applications destinées aux prisons, pour surveiller le comportement des détenus. Quant à Panasonic, ils ont développé des parcours de « Physical Stress Sensing » et « d’Emotion Sensing » qui, avec des caméras et des capteurs, mesurent de manière non-invasive nos données corporelles (température, rythme cardiaque, …) pour déterminer les émotions et les profils psychologiques des sujets. Ce n’est pas encore tout à fait au point pour être déployé à grande échelle, mais on imagine déjà des cas d’usage qui feraient froid dans le dos. Black mirror peut aller se rhabiller. 

[HEALTH] Le patient en pleine conscience

Les objets et les applications autour de la e-santé occupent encore une fois une place prépondérante sur le salon. Après l’avènement des « wearables », qui a permis de la captation de données à grande échelle, on observe aujourd’hui l’émergence d’expériences ultra-personnalisées et accessibles. Par exemple, Healsy offre une solution destinée aux diabétiques, qui permet de suivre pour chacun leur taux de glucose, leur traitement, leurs activités, pour mieux anticiper les risques d’hypo ou d’hyperglycémie et ainsi pouvoir adapter leur traitement selon leur quotidien. Le patient, détenteur de ses données, devient un vrai acteur de sa santé, et transforme sa relation avec le médecin. Autres exemples, on a vu Devinnova qui propose un patch qui détecte les risques d’infarctus chez les personnes à risque, ou encore Widex qui propose une prothèse auditive que l’on peut personnaliser et qui « apprend » vos habitudes et vos besoins selon l’environnement dans lequel vous vous trouvez. Sans faire de chauvinisme, les entreprises françaises sont particulièrement bien placées dans ce secteur, cocorico !

[TECH FOR GOOD] La tech se repentit ? 

La thématique mise à l’honneur cette année au CES était la « Résilience » : comment faire en sorte de vivre de manière plus respectueuse de l’environnement, et comment ne laisser personne de côté ? Las Vegas et le CES, par définition, ne sont pas les meilleurs exemples de responsabilité environnementale (euphémisme), mais on salue quand même l’effort… Parmi les solutions permettant de réduire la consommation d’énergie, on a vu HomeBioGas qui propose aux particuliers de composter leurs déchets organiques pour générer du gaz, à réutiliser chez soi, dans sa gazinière par exemple. Dans un autre registre, Kiwi Power, sous le pavillon Engie, synchronise, lors de pics de demande d’énergie, les entreprises qui sont prêtes à diminuer leur consommation (contre rétribution), et celles qui en ont absolument besoin. On est encore au stade du « bricolage », on espère voir ces prochaines années des solutions responsables intégrées dans nos objets du quotidien – des alternatives aux batteries composées de lithium ou de cobalt, par exemple. Ou la fin de l’obsolescence programmée. (Le CES, c’est aussi fait pour rêver, non ?) 

Au CES, le moment de la pause déjeuner, c’est une véritable « chasse », car, *surprise*, 180 000 personnes qui prennent leur pause déjeuner, ça donne une émeute. Il vaut mieux donc s’éloigner vers un océan bleu (parce qu’on est disruptif), et aller se chercher les excellents bentos de Sushi samba (post non sponsorisé).

Kaname Hayashi, l’homme qui veut vous faire aimer les robots

Après avoir fait ses armes en robotique auprès du célèbre robot Pepper, Kaname Hayashi a dévoilé au CES son nouveau projet au sein de Groove-X : le robot Lovot. À quoi sert-il ? Absolument à rien, à part à se faire aimer par un humain. Le Lovot vous demande de lui témoigner de l’affection, de le prendre dans vos bras, et d’interagir avec lui. L’objectif ? Rendre les gens heureux…  On avait déjà vu des robots de ce type, mais ici, on est vraiment bluffé par l’interactivité qu’offre la bête. Pour l’utilité, on repassera.

Wavelite : l’avenir de l’IoT ?

Sur les stands dédiés aux universités, nous avons rencontré Wavelite, qui propose un nouveau standard d’ondes pour les objets connectés : Wavelite utilise les fréquences déjà existantes (émises par un téléphone, une télévision…) pour transporter les informations, au lieu d’émettre des fréquences propres. Ça s’appelle du backscatter communication (rétro diffusion). L’avantage de cette solution est d’utiliser très peu d’énergie, avec une portée théorique de 50 mètres. L’entreprise cherche aujourd’hui des fabricants d’objets connectés pour intégrer la solution, on leur souhaite le meilleur !

Brain Robotics : AI + Neuroscience

On vous parle encore de neuroscience ! Personnellement, je trouve ça passionnant… Brain Robotics développe une prothèse de main, contrôlée par le patient grâce à des influx nerveux. Le patient peut ainsi contrôler sa prothèse par la pensée. Évidemment, tout ne se fait pas en un jour, il est nécessaire pour le patient de passer du temps à « entraîner » une intelligence artificielle, qui va apprendre les ordres transmis par les nerfs du patient, pour les traduire en action.

Beaucoup disent que le CES donne le « la » des annonces dans le milieu des nouvelles technologies et de l’innovation. On espère que les thématiques de résilience et de vie privée continueront d’être intégrées au sein des objets du quotidien, et on attend avec impatience de pouvoir grimper dans une voiture autonome boostée au edge computing et à la 5G. Et maintenant, on n’est pas mécontent de quitter Las Vegas !

Coming next!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Eline

All stories by: Eline