Un robot a (presque) retrouvé le monstre du Loch Ness
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Aidé d’un robot sous-marin, une équipe de chercheurs a exploré de fond en comble le lac le plus célèbre d’Écosse (du monde ?) dans l’une des plus grandes opérations jamais menées à la recherche de cette mythique créature qui se fait toujours désirer.

On a bien retrouvé un monstre au fond du lac, mais pas un vrai. Il ne s’agissait que d’une réplique de Nessie utilisée dans le film La vie privée de Sherlock Holmes réalisé par Billy Wilder en 1970. Après avoir coulé et être tombé dans l’oubli pendant toutes ces années, cet impressionnant clone de 9 mètres de long  vient d’être découvert à 180 mètres de profondeur par Munin, le robot sous-marin équipé d’un système d’imagerie sonar, qui est depuis deux semaines en quête de la fameuse bestiole.

Plus habitué à rechercher des épaves d’avions ou de bateaux et capable de descendre jusqu’à 500 mètres de profondeur le robot n’a pas réussi à détecter le légendaire spécimen mais a aidé à établir une cartographie très précise des sols du Loch Ness.

Immortalisée par les caméras de Munin, la réplique de Nessie gisait dans les profondeurs du lac depuis son naufrage en 1969 (C) DR
Immortalisée par les caméras de Munin, la réplique de Nessie gisait dans les profondeurs du lac depuis son naufrage en 1970 (C) DR

Une nouvelle déception pour les scientifiques du Loch Ness Project après l’exploration infructueuse de la partie nord du lac où ils espéraient découvrir une fosse susceptible d’abriter le monstre.

« La fosse n’était pas là mais il reste encore beaucoup à explorer au fond du Loch Ness » Adrian Shine, membre du Loch Ness Project

 

Le Nessie tourism

John Haig, l’un des chercheurs de l’opération Groundtruth et le robot Munin dans les eaux du Loch Ness (C) Jeff J Mitchell
John Haig, l’un des chercheurs de l’opération Groundtruth et le robot Munin dans les eaux du Loch Ness (C) Jeff J Mitchell

Une belle fausse joie aussi pour l’Office du tourisme écossais qui soutient l’opération. Et on comprend pourquoi quand on sait que des milliers de personnes visitent la région chaque année dans l’espoir d’apercevoir Nessie.

Un juteux business pour le pays qui en capitalisant sur ce monstre fascinant le monde depuis le VIe siècle remporte tous les ans un joli magot de 60 millions de livres !

 

Audrey Renault

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID