Qui sera le voyageur en 2050 ?
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Chez Silex ID, nous partons régulièrement à bord de notre machine à voyager dans le temps. Et cette fois-ci, HomeAway est venu avec nous. Nous sommes allés en 2050 le temps d’une journée pour voir à quoi le touriste du futur ressemblera. Au programme : voyages en drone, rencontres, salles de voyages en réalité virtuelle… et bien d’autres surprises !

Pour notre prochain numéro – qui arrive début septembre les copains, ça arrive, ça arrive ! – nous avons choisi de vous projeter dans le tourisme et le loisir du futur. C’est en haut de la Tour Eiffel que nous avons organisé un atelier de cocréation, le 27 juin dernier, dans l’appartement qu’HomeAway avait installé, le temps de l’Euro 2016. Nous avons donc passé cette journée avec HomeAway, entreprise de location de vacances (Abritel, qui appartient au groupe, est le numéro un des sites spécialisés dans ce secteur-là) pour réfléchir à cette thématique. Comment nous amuserons-nous à Paris en 2050 ? A quoi ressemblera le touriste du futur ? Nous vous livrons ici les réflexions du groupe sur le portrait du touriste, vous pourrez trouver le premier article dans le magazine. Coachés par Philippe Vandel, journaliste et chroniqueur, ces derniers ont trouvé trois pistes de réflexion. Le voyageurs du futur pourrait être un accro à la technologie, ne bougeant jamais sans son smartphone et utilisant les moyens de transport les plus rapides… ou alors, quelqu’un qui cherche justement à profiter de l’instant, à vivre une expérience hors du commun, et prônant la déconnexion. A moins que la réalité virtuelle ne prenne le pas sur tout ça, et que les voyages se déroulent de chez nous, ou dans des salles équipées de casque de réalité virtuelle… Allez, on vous emmène avec nous !

Fan du fast-voyage…

Après les fast-food… les fast-voyages ! Ces voyageurs adorent la technologie et se l’approprient. Le must ? L’hyperloop que nous promettait Elon Musk depuis le début du siècle. Il est désormais installé partout, reliant les principales villes du monde. Pratique pour se déplacer en un clin d’œil, et parcourir des distances folles en un temps record. Mais ce n’est pas le seul moyen de transport. Pour celles et ceux qui souhaitent faire un voyage plus intime, seul, ou à deux, des drones sont désormais construits à échelle humaine, et les avions autonomes se sont répandus. On se souvient du premier drone capable de transporter quelqu’un : l’Ehang 184, qui avait été présenté au CES de Las Vegas en 2016… Un vrai fossile aujourd’hui !

ehang184_silex

Par ailleurs, les adeptes du fast-voyage ont évidemment toutes leurs préférences pré-enregistrées. Leur assistant, qui nous rappelle un peu Samantha dans le film culte Her, recherche en permanence les meilleures offres, pour qu’il ne reste plus qu’à valider notre voyage.

D’ailleurs, Raphaël Zier, pionnier de l’internet français, nous le disait déjà : « Nous allons pouvoir emmener partout avec nous nos configurations personnelles lors d’un voyage, sans rien avoir à faire. Notre univers sera transporté directement grâce à notre smartphone. Parce qu’il faut, surtout concernant la réservation de vols ou d’hôtels, plus rapide, plus facile et plus efficace. »

…Ou adeptes de la slow attitude ?

Mais la définition du voyage n’est pas la même pour tous. En effet, voyage rime pour beaucoup avec rencontres ou déconnexion. Fanny Auger, Directrice et entrepreneure de The School of Life Paris, nous expliquait : « Il y a une démocratisation du voyage. Mais s’il est ouvert à tous, qu’est-ce qui motive ? Nous cherchons à collectionner des expériences, à se faire des amis sur place. J’aime bien la notion de sérendipité dans le voyage : on découvre des choses par hasard ». Et en effet, le collaboratif et le partage sont des notions très importantes. BeeShary par exemple, est devenue une entreprise incontournable, qui a réussi à créer une large communauté de passionnés, de voyageurs et de curieux, toujours prêts à sortir de leur zone de confort et des circuits touristiques.

Des villages entiers ont également enlevé toute possibilité de se connecter à internet, permettant aux voyageurs de se déconnecter réellement et de profiter de leurs vacances à fond. ça fait rêver !

déconnexion_silex
Voyager virtuellement

Mais il n’existe pas seulement un slow voyageur ou un fast voageur. Entre les deux, le voyage virtuel s’est développé largement, au point que des salles de voyages virtuels se sont imposées, comme les salles de gym. Un peu comme le concept d’Holodia, qui utilise la réalité virtuelle pour les séances de sport. Sauf que maintenant, on vit réellement le voyage : on ressort bronzé d’une séance à la plage, frigorifié suite à une nuit dans un igloo… Et bonus : ce ne sont plus les gros casques de réalité virtuelle mais des lentilles que nous portons, bien plus pratiques !

Encore plus fou : des pilules nous permettent de voyager pendant nos pauses lorsque nous travaillons. Elle nous donnent l’impression d’être parti pendant des heures, voire des jours alors que ça ne fait que quelques instants en réalité.

Et vous, vous le voyez comment, le touriste du futur ?

L’équipe d’HomeAway 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID